Lien pour récupérer les robots
 
Ouvrir une franchise avec Franchise magazine + Inscription à la Newsletter
+ Abonnement aux Alertes emails
Franchise Magazine sur Facebook    Franchise Magazine sur Twitter    Franchise Magazine sur Google+    Flux d'actualités Franchise Magazine
Ex. : Midas, Alimentaire, Lyon, Monceau Fleurs
Franchises par secteur La franchise pour tous

Accessoires, Mode

Achat-Vente, Dépôt-vente

Automobile, Moto

Bâtiment, Rénovation

Beauté, Forme, Bien-être, Santé

Commerce alimentaire

Commerces de proximité

Culture, Sport, Loisirs

Développement durable

Grande Distribution

Habillement, Prêt-à-Porter

Hôtellerie

Immobilier

Meuble, Décoration

Restauration à thème

Restauration rapide

Services à la personne

Services aux entreprises

Services aux particuliers

Solderies, Discount

 
Jeunes franchises
 

Accueil -> Experts de la franchise -> L'avis des experts

 

L'avis des experts

Franchise : la nouvelle définition européenne du savoir-faire protégera les franchisés
Serge Meresse est spécialisé dans le conseil aux franchisés
+ En savoir plus sur l'expert

Par Maître Serge MERESSE, avocat fondateur, cabinet Thréard, Bourgeon, Meresse & associés

Si certains avocats spécialisés observent, dans le projet de nouveau règlement européen, un assouplissement de la notion de savoir-faire en franchise, l’auteur y voit au contraire sa consolidation.

Le règlement européen de 1999 actuellement en vigueur, applicable aux contrats de franchise expire le 31 mai 2010. Il sera remplacé par un nouveau texte, dont le projet vient d’être publié. Son article 1 définit le "savoir-faire", qui est l’élément essentiel du contrat de franchise sans lequel le contrat peut être disqualifié ou annulé.

Le règlement actuel nous dit que le savoir-faire doit être "secret, substantiel et identifié". Le projet ne dit rien d’autre, puisqu’il reprend cette définition, constante depuis les premières "normalisations" (AFNOR, Règlement CE 1988).
Là où le projet diffère du texte actuel, c’est dans la définition de la substantialité.

Le règlement en vigueur dit que
"substantiel signifie que le savoir-faire doit inclure des informations indispensables pour l’acheteur (le franchisé) aux fins de l’utilisation, de la vente ou de la revente des biens ou des services contractuels ".

Le projet pour sa part donne la définition suivante : "substantiel signifie que le savoir-faire est important et utile à l’acheteur (le franchisé)".

Jusqu’au 31 mai 2010 le savoir-faire doit  "inclure des informations indispensables". Après, il ne devra plus qu’être "important et utile". Est-ce moins bien pour les franchisés ? Je ne le pense pas. Au contraire.

Le savoir-faire doit toujours être substantiel et cela ne se réduit pas à de simples "informations indispensables". Car une information n’est qu’une information, fut-elle substantielle. Mais si elle est donnée sans être accompagnée d’une mise en œuvre ou d’une formation, elle ne servira pas à grand-chose.

Le mérite du projet de règlement est de donner une définition du savoir-faire plus large et plus "efficace".
Plus large car dorénavant c’est tout le savoir-faire qui devra être "important", et pas seulement les "informations indispensables" qu’il contient.

Plus efficace car le savoir-faire substantiel doit être
"utile". En d’autres termes, il doit apporter au franchisé une amélioration, un progrès, un "plus" par rapport à la situation dans laquelle il serait s’il n’était pas franchisé. Le savoir-faire doit donc améliorer la position commerciale de franchisé, ce qui est d’ailleurs, la finalité économique du contrat de franchise.

Cette analyse est confirmée par le Code de Déontologie Européen de la Franchise qui définit le caractère substantiel par : "le fait que le savoir-faire doive inclure une information importante pour la vente de produits ou la prestation de services aux utilisateurs finaux …le savoir-faire doit être utile pour le franchisé en étant susceptible à la date de conclusion de l’accord, d’améliorer la position concurrentielle du franchisé, en particulier en améliorant ses résultats ou en l’aidant à entrer sur un nouveau marché".

Au lieu de se limiter à des informations "indispensables", le savoir-faire devra être important en lui-même mais aussi et surtout utile. Avec un champ d’application élargi couplé à une obligation de finalité, le projet donne une définition pertinente du savoir-faire, plus adaptée aux réalités économiques.

Loin d’assouplir le savoir-faire, le projet de règlement le consolide et les franchisés ne peuvent que s’en réjouir car il souligne une évidence, que certains franchiseurs tendent à oublier : quand un franchisé achète un savoir-faire, c’est pour avoir du contenu qui lui apporte de l’efficience économique.


Lire aussi sur le sujet l'article de François-Luc Simon  "la réforme avantagera les franchiseurs"...


Jean-Pierre SEGUY, Franchiseur / 3 février 2010
Et pourtant cette nouvelle définition est capitale, car vous aurez des difficultés pour justifier la sacro sainte annulation du contrat de l’article 1116, et sa recherche de remise en état des parties qui, jusqu’à ce jour, favorisait une spéculation très immorale.
Que le savoir faire soit : « important et utile » dans sa substantialité en lieu et place des informations indispensables pour le franchisé me paraît enfin correspondre à la définition de substantiel qui veut dire « très appréciable, important, considérable ».
Enfin, en « franchisage », les mots auront leur juste sens, il était temps …
La richesse de l’économie du franchisage pourra enfin être plus pérenne.
Un contrat de franchisage ne pourra plus être attaqué sans justifier de l’intérêt à agir si le résultat de l’exploitation est important et a été utile au franchisé, ouf, ouf …
Par contre, il vous reste à vous interroger sur la matérialité du droit en matière de contrat de franchisage, puisque vous reconnaissez tous que ce contrat comprend une marque, un savoir faire, une assistance. Il faudra combien de décennies pour appliquer le droit des marques au franchisage et faire le lien entre la marque et le savoir faire ?

Réagissez à cet article en ajoutant un commentaire

Pour que votre commentaire soit mis en ligne - après modération -
> Veillez à bien remplir les champs obligatoires,
> Evitez les dérapages de style et de contenu,
> Soyez brefs : 1500 caractères maximum.

Prénom * : Email * :
Nom * : Qualité * :
Code de sécurité
Code de sécurité * :
 
Liste de franchises par secteur sélectionner un secteur

Accessoires, Mode

Achat-Vente, Dépôt-vente

Automobile, Moto

Bâtiment, Rénovation

Beauté, Forme, Bien-être, Santé

Commerce alimentaire

Commerces de proximité

Culture, Sport, Loisirs

Développement durable

Grande Distribution

Habillement, Prêt-à-Porter

Immobilier

Meuble, Décoration

Restauration à thème

Restauration rapide

Services à la personne

Services aux entreprises

Services aux particuliers

Solderies, Discount

Devenir franchisé

MYTHIC BURGER

KLASS Brasserie

VAPOSTORE

AASGARD

GAME CASH

PANO BOUTIQUE

+

Futurs franchisés, choisir une franchise

+

Franchiseurs, ajoutez votre enseigne

 
Interrogez nos experts
spécialistes de la franchise
 
 

Financement franchise

Financement franchise Banque Populaire Financement franchise Caisse d'épargne
Financement franchise CIC Financement franchise Crédit Agricole

Nos partenaires banquiers vous accompagnent

 

Vos rendez-vous franchise

- Créer 2014 Lille : 15 au 17 septembre

- Microentreprises Paris : 30 septembre au 2 octobre

 

Le magazine

Franchise Magazine en kiosque actuellement Hors série Guide Pratique, Franchise Magazine
+ Août-septembre 2014
Numéro 243
+ Guide pratique
Numéro 16
+ Abonnement et dernier numéro
 
Micro Entreprises 2014