Secteurs
  • High tech, techno et électroménager
  • Automobile, moto
  • Beauté, forme, bien-être, santé
  • Commerce alimentaire de proximité
  • Habitat / Rénovation / Bâtiment
  • Grande distribution et magasins spécialisés
  • Habillement, mode, accessoires
  • Immobilier
  • Meuble et décoration
  • Restauration, cafés, hôtellerie
  • Sports, loisirs, voyage
  • Services aux particuliers et aux entreprises
Franchises
H. La Croissanterie

Cristelle Albaric et François-Luc Simon, avocats, Cabinet Simon Associés

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Interview
7 mars 2012

Nous permettrons à nos clients franchiseurs de bénéficier des compétences les plus pointues, quel que soit le pays où ils s'implantent dans le monde

Cristelle Albaric et François-Luc Simon, avocats, Cabinet Simon Associés

Pouvez-vous nous rappeler, d’abord, quelle sont les domaines d’intervention du cabinet Simon Associés ?
François-Luc Simon : Fondé en 1992, le cabinet Simon Associés représente aujourd’hui une trentaine d’avocats, exerçant au sein de neuf départements. Ses domaines de compétences sont ceux, classiques, d’un cabinet d’affaires : cessions-acquisitions, capital investissement, droit bancaire et financement, conseil, contentieux…  Avec deux départements locomotives, respectivement dédiés aux Entreprises en difficulté et à la Franchise et aux réseaux de distribution. Cette dernière activité, via laquelle nous accompagnons et conseillons les têtes de réseaux (déployées en franchise, commission-affiliation, licence, etc.) s’est étoffée au fil du temps, notamment dans sa dimension internationale. Nous réalisons ainsi depuis plusieurs années de nombreuses opérations à l’étranger, pour nos clients français qui souhaitent s’y développer, que ce soit en joint-venture, en master-franchise ou en franchise directe. Et sommes d’ailleurs largement reconnus pour cette expertise.

Vous créez aujourd’hui un département International. Quelles seront les moyens d’une part, et les missions d'autre part de cette nouvelle structure ?
Cristelle Albaric : Ce nouveau département International, dont François-Luc Simon m’a confiée la direction, fédérera, outre les nôtres, les compétences de quatre avocats : Gaëlle Toussaint-David, Sandrine Richard, Flore Sergent et Qiang Zhou, de nationalité chinoise, que nous venons de recruter. Il bénéficiera, par ailleurs, de l’appui d’un vaste réseau de cabinets indépendants partenaires, qui seront nos relais locaux partout dans le monde. L’idée étant de permettre à nos clients de bénéficier des compétences les plus pointues, où qu’ils souhaitent s’implanter. Nous conseillerons les enseignes françaises qui cherchent à se déployer à l’international, les réseaux venus d’ailleurs qui veulent se développer sur le territoire hexagonal, voire des marques étrangères désirant s’installer dans des pays tiers. Et ce, aussi bien vers des marchés phares, comme la Chine, le Brésil ou le Moyen-Orient que vers des états plus à la marge, mais qui intéressent aussi les franchiseurs, comme le Sri-Lanka par exemple.

A quels enjeux répond la création de ce département ? Pourquoi estimez-vous qu’elle était nécessaire aujourd’hui ?
François-Luc Simon : Sa création était selon moi devenus incontournable. Inexorablement, les enseignes sont aujourd’hui amenées à se tourner vers l’international. Soit parce qu’elles arrivent à saturation dans leur pays d’origine et qu’il devient vital qu’elles trouvent d’autres débouchés ; soit parce que l’international fait, dès le départ, partie de leur stratégie. Seulement, pour se lancer à l’étranger, disposer d’un bon concept ne suffit pas. Il faut savoir l’adapter à l’environnement local, trouver la bonne formule de développement, recruter les bons partenaires, établir une relation solide avec eux, prendre les garanties nécessaires sur le plan financier… Or, c’est là que réside la valeur-ajoutée d’un département comme celui que nous venons de créer. Précisément, dans cette capacité qu’il nous offre d’accompagner nos clients partout où ils souhaitent aller, en nous intéressant chaque fois autant aux aspects juridiques que stratégiques, culturels et financiers des projets qu’ils nous confierons, afin d'en verrouiller la réussite et la pérennité.

A lire aussi sur ce sujet : La “french touch” à la conquête du monde.

Plus d'infos sur le cabinet Simon Associés ici.