Secteurs
  • High tech, techno et électroménager
  • Automobile, moto
  • Beauté, forme, bien-être, santé
  • Commerce alimentaire de proximité
  • Habitat / Rénovation / Bâtiment
  • Grande distribution et magasins spécialisés
  • Habillement, mode, accessoires
  • Immobilier
  • Meuble et décoration
  • Restauration, cafés, hôtellerie
  • Sports, loisirs, voyage
  • Services aux particuliers et aux entreprises
Franchises
H. La Croissanterie

Mode et accessoires : un climat difficile

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Actu secteurs
27 janvier 2016

La crise et des conditions météorologiques défavorables ont freiné les ardeurs des spécialistes de l’habillement. Même si quelques-uns tirent leur épingle du jeu et gardent le rythme.

Mode et accessoires : un climat difficile

La mode féminine est pâle

Confrontés à un marché toujours en berne et à des conditions météorologiques défavorables, les acteurs de la mode ont, c’est le moins que l’on puisse dire, rivalisé de prudence en 2015. Les plus dynamiques des enseignes qui nous ont répondu affichent, tout au plus, 10 inaugurations réalisées sur l’exercice. La plupart oscille plutôt entre 2 et 6. Un maigre cru, donc, et une progression globale des réseaux à l’avenant : le secteur n’a, dans son ensemble, gagné que 13 petites adresses sur l’année.

En l’absence des locomotives Cache Cache, Etam, Mango, Jennyfer, Mim ou DDP, qui n’ont pas répondu à notre enquête (menée en décembre 2015 auprès de 460 têtes de réseaux), les réseaux de taille moyenne tirent leur épingle du jeu dans le prêt-à-porter féminin. IKKS Women, repris à Zannier par le fonds LBO France (déjà actionnaire des marques The Kooples et Eminence) en juillet, s’en sort avec les honneurs et une progression de 10 unités, qui porte son parc à 65 franchises à fin 2015.

Déployé en commission-affiliation depuis 2012, le spécialiste de la jeune femme Karl Marc John affichait au même moment 17 adresses sous cette forme, sur 65 au total, grâce à 6 ouvertures en 2015. En seulement six ans, Sépia s’est considérablement rapproché de sa cible, la Française de 35 à 45 ans, en ajoutant 53 boutiques affiliées (dont 10 créées en 2015) à sa vingtaine de succursales.

Enseignes du même secteur