Terminaux de cuisson : une croissance qui se cherche

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Malgré des atouts certains : la possibilité pour les franchisés d’accéder aux métiers du pain sans formation longue ni horaires contraignants et l’accueil favorable des consommateurs, les terminaux n’ont pas tenu toutes les promesses dont ils étaient porteurs.

Le secteur des terminaux de cuisson est, depuis longtemps, un des plus actifs des professions alimentaires. Et il attire toujours de nombreux candidats au commerce organisé. Pourtant un certain nombre de clignotants sont à l’orange. Le nombre de réseaux actifs, par exemple, est en recul depuis plusieurs années : alors qu’une vingtaine de chaînes était en phase de recrutement à la fin de la décennie 90, on n’en recense plus aujourd’hui qu’une dizaine. Et même si de nouveaux concepts apparaissent régulièrement, peu d’enseignes ont vraiment décollé et dépassé la centaine d’unités.

Quatre ans après leur regroupement pour former l’un des principaux acteurs du secteur, les enseignes L’Epi Gaulois, Fromenterie, etc., ont vu leur parc de boutiques se contracter et sont toujours en phase de restructuration. De son côté Saint-Preux, lié au groupe Holder, ne fédère, neuf ans après son lancement, qu’une trentaine d’unités. Quant à Point Chaud, le réseau le plus ancien (la première unité à l’enseigne a vu le jour en 1981), il a, depuis quelques années, fait de gros efforts pour relancer son développement. Mais la nécessité d’assainir un réseau par trop disparate a obéré son expansion.

Parmi les chaînes établies, seule La Mie Câline a poursuivi une croissance régulière et aligne désormais 155 unités dans l’Hexagone, dont 149 en franchise. Entre 10 et 15 unités nouvelles rejoignent le réseau chaque année. Il s’agit d’un succès notable pour l’enseigne vendéenne apparue il y a une vingtaine d’années. Mais elle est encore loin de son but, que ses dirigeants ont, à plusieurs reprises, estimé à 500 points de vente dans l’Hexagone. « En faisant la même chose tous ensemble, de façon identique sur l’ensemble du territoire – les magasins sont uniquement situés en centre ville -, nous passons peut-être à côté d’une partie de la clientèle globale potentielle, affirme son PDG, André Barreteau. Mais, en contrepartie cela nous permet de nous hyperspécialiser, avec le maximum de moyens, dans chacune des facettes de notre métier (agencement, logistique, marketing, etc.) et de rendre nos magasins les plus performants possibles dans leur environnement ». Une stratégie qui est complétée par une animation et une communication soutenue, en particulier par le biais de différentes opérations de sponsoring.

 

Apparus au début des années 80, les terminaux de cuisson ont véritablement consolidé leurs positions depuis le milieu des années 90. Mais aucun réseau regroupant plusieurs centaines d’unités n’a, comme dans d’autres professions, vu le jour jusqu’à présent.
 

Plusieurs raisons à cela : d’abord la réalité de l’activité elle-même. Même si la contrainte du travail de nuit a été supprimée, il s’agit d’un métier physique qui nécessite une présence importante dans le point de vente.
 

Ensuite la boulangerie traditionnelle a réagi fortement à l’expansion des concepts. Pas seulement en se lançant dans la bataille contre l’ouverture des terminaux de cuisson sept jours sur sept. Mais aussi en concevant, sous l’égide des groupements meuniers, de véritables concepts de magasins. Le plus développé d’entre eux, Banette fédère ainsi 3 000 artisans, dont 800 ont adopté son enseigne. Et on a même pu voir, lors du récent Franchise Expo, Banette tenir, pour la première fois, un stand, et marcher ainsi sur les plates-bandes de la franchise.

Dans un contexte où il existe encore, malgré une tendance continue à la décroissance, environ 33 000 boulangeries artisanales, la bataille est donc rude pour les terminaux de cuisson (ils seraient environ 3 500, dont 1 500 regroupés dans des chaînes, intégrées ou non). Résultat : les artisans ont conservé environ 70 % de parts de marché du pain.

Reste que les franchises qui s’en sortent le mieux sont celles qui maîtrisent leur propre production et contrôlent leur logistique de livraison. Car les industriels de la boulangerie qui ont créé ces chaînes ne sont pas seulement motivés par la vente de matériels de cuisson. Ils ont aussi intérêt à assurer la pérennité de leurs partenaires… afin, en amont, de faire tourner leurs usines. C’est à cette condition que ces concepts sont en mesure d’apporter à leurs franchisés la possibilité de bien gagner leur vie. « Et aussi, ajoute André Barreteau, de faire face aux défis de l’avenir, comme l’envolée prévisible du prix du blé, qui ne manquera pas de venir perturber le modèle économique ».

A lire également

  • Devenir franchisé dans la garde d’enfants : 4 enseignes qui recrutent
    31 Oct 2017

    Selon les chiffres dévoilés en février dernier par la Fédération française de la franchise, les services aux personnes, avec 204 réseaux en France, sont le deuxième secteur le plus important en nombre d’enseignes derrière l’équipement de la personne (358 chaînes) et devant la restauration rapide (200 franchiseurs). Parmi les réseaux de franchise positionnés sur ce… Lire la suite

  • Garde d’enfants : le parisien Kid’s Paradis essaime en région
    31 Oct 2017

    Lancée en franchise en 2015, Kid’s Paradis a pour objectif d’ouvrir six unités franchisées cette année en vue de regrouper 10 implantations fin 2017. L’enseigne, créée en 2012 en région parisienne, a déjà ouvert deux agences franchisées au premier semestre, et compte désormais six adresses, dont quatre en franchise. Présent en propre à Vincennes (94)… Lire la suite

  • Garde d’enfants : le challenger Babychou Services vise les 100 agences
    31 Oct 2017

    Babychou Services, qui a fêté en avril 2016 ses 10 ans de franchise, aligne 60 agences agréées spécialistes de la garde d’enfants à domicile, dont 6 en propre et le reste en franchise. En 2017, l’enseigne table sur 10 à 15 ouvertures, entre l’arrivée de nouveaux franchisés et la création de nouvelles agences par des… Lire la suite

  • Garde d’enfants : le rennais Kangourou Kids se renforce en Île-de-France
    31 Oct 2017

    Née à Rennes en 2010, Kangourou Kids revendique aujourd’hui 100 implantations sur l’ensemble du territoire national, ce qui en fait le deuxième acteur du marché derrière Family Sphere. Aux 90 agences Kangourou Kids de garde d’enfants à domicile (7 en propre et le reste en licence de marque) s’ajoutent 10 micro-crèches sous la marque Koala… Lire la suite

  • Garde d’enfants : le leader Family Sphere consolide ses positions
    31 Oct 2017

    Leader de la garde d’enfants à domicile en franchise, Family Sphere alignera au total 107 agences début 2018, dont 7 nouvelles unités ouvertes depuis début 2017 : par de nouveaux franchisés à Brest, Angers, Marcq-en-Barœul et La Rochelle, ou par des franchisés en place à Saint-Etienne, Lyon et Labenne. Family Sphere prévoit de passer de 107… Lire la suite

A lire également sur ce thème

  • La franchise Picard lance son nouveau programme relationnel
    17 Nov 2017

    Picard lance son nouveau programme relationnel dans l’ensemble de ses magasins C’est un évènement dans l’histoire de Picard, depuis le lundi 16 octobre la nouvelle carte relationnelle Picard & Moi est disponible en magasin. Très attendue de nos clients, cette carte va permettre à l’enseigne de mieux de mieux répondre à leurs attentes et de… Lire la suite

  • La Mie Câline ouvre un 3ème magasin à Albi !
    15 Nov 2017

    Devenir franchisés est le nouveau défi de Yannick et Océane. Cela fait maintenant près de 15 ans que le couple travaille au sein de La Mie Câline, en tant qu’employés polyvalents à leurs débuts, puis gérants de filiales. Ils sont notamment passés par les magasins La Mie Câline de Cavaillon, Poitiers, Saint-Jean-de-Monts et La Roche-sur-Yon…. Lire la suite

  • La franchise La Vie Claire poursuit son déploiement et arrive en Pologne
    10 Nov 2017

    La Vie Claire, enseigne engagée depuis 70 ans dans la distribution de produits biologiques, poursuit son expansion à un rythme soutenu : après 8 points de vente inaugurés depuis septembre, 8 autres nouveaux magasins ouvriront leur portes d’ici la fin de l’année : une unité intégrée à Asnières et sept autres en franchise (Tullins, Nérac, Bagnols-sur-Cèze,… Lire la suite

  • La franchise De Neuville annonce plusieurs ouvertures avant Noël
    09 Nov 2017

    Sept nouvelles boutiques De Neuville au format standard (inférieur à 100 m²) ouvriront leurs portes d’ici le mois de décembre. Une expansion qui répond à la volonté de l’enseigne chocolatière de consolider son réseau en affirmant sa présence sur certaines régions ou certaines villes, où elle n’était pas encore présente : c’est le cas de Laval,… Lire la suite

  • La franchise caviste V and B ouvre sa 150ème unité
    09 Nov 2017

    L’enseigne V and B ouvre dans le Loiret, dans la zone d’activités située autour du Leclerc de Chécy, en banlieue d’Orléans son 150ème point de vente. La soirée d’inauguration a  lieu ce 9 novembre dans le point de vente avec de nombreux franchisés venus de toute la France, le personnel du siège ainsi que, bien… Lire la suite

LA MIE CALINE BANNIERE
Enseignes du même secteur