Secteurs
  • High tech, techno et électroménager
  • Automobile, moto
  • Beauté, forme, bien-être, santé
  • Commerce alimentaire de proximité
  • Habitat / Rénovation / Bâtiment
  • Grande distribution et magasins spécialisés
  • Habillement, mode, accessoires
  • Immobilier
  • Meuble et décoration
  • Restauration, cafés, hôtellerie
  • Sports, loisirs, voyage
  • Services aux particuliers et aux entreprises
Franchises
H. La Croissanterie

Vacance commerciale : la périphérie résiste

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Brève
12 juin 2014

Modéré, le taux de commerces vacants dans les zones de périphérie et d'entrée de ville s'établit à 5,5 % en 2013 selon Procos. Le développement des moyennes surfaces et la forte présence d’enseignes contribuent à cette résilience.

Vacance commerciale : la périphérie résiste

Les zones de périphéries – parc d’activité commerciale, ZAC, retail parks, “boîte”… – “s’en sortent plutôt bien” en termes de vacance commerciale, c'est-à-dire la proportion de locaux commerciaux non exploités pour une durée indéterminée. Avec un taux limité à 5,5 % l’an passé, la périphérie fait certes moins bien que les centres commerciaux (3,8 %) mais mieux que le centre-ville (7,2 %), selon une étude de la fédération pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé.

Deux facteurs principaux concourent à cette résilience de la périphérie. D’abord, une part majoritaire de la croissance de l’activité du commerce de détail résulte désormais du développement des moyennes surfaces (plus de 400 m²) dont les implantations s’opèrent principalement dans les zones commerciales, indique Procos. Ces dernières ont en effet progressé de 60 % ces vingt dernières années en France alors que le nombre total de magasins a diminué de 6 % sur la période. Dans le même temps, le chiffre d’affaires des moyennes surfaces a progressé de 84 % contre 65 % pour l’ensemble des commerces (source : Insee).

Deuxième explication favorisant la bonne tenue des périphéries et des entrées de ville : la forte concentration d’enseignes, plus résistantes aux chocs économiques locaux ou nationaux, assure Procos. De manière significative, la vacance commerciale est faible en centre commercial (où le taux d’enseignes nationales est très élevé), moyenne en zones commerciales (où le taux est élevé), et élevée dans les centres-villes (où le taux est faible).


Le palmarès des villes

La taille des villes est également un élément prépondérant : globalement, les grandes villes – offrant de larges marchés de consommation – et les petites villes – offrant des marchés restreints mais peu concurrencés – constituent le meilleur terreau de ces zones commerciales. Sans surprise, les situations apparaissent très contrastées entre les agglomérations. Si certaines grandes métropoles (Lyon, Lille, Bordeaux…) voient leur taux de vacance en entrée de ville inférieur à 4 %, pas moins de 18 des 200 agglomérations observées par Procos présentent un taux élevé supérieur à 9 % parmi lesquelles Abbeville, Albi, Metz, Montceau-les-Mines, Périgueux et Vannes, des zones commerciales souvent “très fragmentées et éparpillées ou très étalées, donc plus fragiles”.

Autres “mauvaises élèves”, des communes telles Alençon, Carcassonne, Châtellerault, Chaumont, Dole, Guéret, Lannion, Montluçon, Perpignan, Forbach, Troyes et Vichy, toutes confrontées à un phénomène de vacance commerciale globale affectant l’ensemble des pôles marchands (centre-ville comme périphérie) ainsi qu’à une perte d’attractivité de leur territoire et à une baisse continue et structurelle de la population active et des revenus.

A l’opposé, les champions de la non-vacance commerciale (taux inférieur à 5 %) se nomment Albertville, Saint-Lô, Dieppe, Bayeux, Fréjus, Auch, Millau ou encore Montargis. Principalement, donc, “des villes du littoral et/ou jouissant de marchés captifs “, analyse Pascal Madry, Directeur de Procos (260 enseignes adhérentes : franchises, coopératives et réseaux succursalistes).

A lire aussi :
– La loi commerce saluée par la Fédération Procos et l'Alliance du commerce
– Face aux zones commerciales de périphérie, le centre-ville ne fait plus le poids
– Le commerce spécialisé à -1,2 % en avril

TOP FRANCHISE REC 2017
Financez votre projet Trouvez votrelocal