Fermer
Secteurs / Activités

    Salon de la franchise : mode d’emploi

    Tribune publiée le 8 mars 2018 par Monique BEN SOUSSEN
    En savoir plus sur l'auteur

    Plus de 30 000 visiteurs se rendent chaque année sur le salon Franchise Expo, à Paris, espérant y rencontrer leur futur franchiseur. A travers ses conseils et autres mises en garde, l’auteur, avocate, encourage ces porteurs de projet à la prudence.

    Voici quelques conseils aux futurs visiteurs du salon de la franchise.

    Qui organise le salon ? La Fédération Française de la Franchise. Contrairement à une idée reçue la FFF n’est pas un organisme public mais privé regroupant essentiellement des franchiseurs et quelques franchisés.

    Pourquoi se rendre au salon alors que l’on trouve tout ou presque sur Internet ? Il est plus facile et moins engageant de rencontrer les têtes de réseau au salon que dans leurs locaux.

    Pourquoi il ne faut pas s’engager sur le salon ? Parce que le salon est un spectacle avec souvent un bon metteur en scène. On peut se renseigner au salon mais il ne doit pas être l’endroit où prendre une décision, il ne faut surtout rien y signer. Il y règne une certaine euphorie qui rejaillit sur les visiteurs. En tout état de cause la morale de l’histoire est qu’il ne faut rien signer avant d’avoir un local et les concours bancaires.

    Les questions à se poser

    Mon projet est-il mûr ? La volonté de changer de vie peut parfois inciter à prendre une décision trop rapide. Une reconversion professionnelle exige un long processus de maturation.

    Suis-je prêt à être indépendant ? Etre entrepreneur apporte des satisfactions mais au prix de véritables sacrifices dont il faut être conscient avant de sauter le pas et quitter le salariat. Etre indépendant implique notamment de travailler sans compter ses heures et de ne connaître sa rémunération qu’en fin d’année.

    Comment choisir son secteur ?Conseils-DevenirFranchise-ChoisirReseau

    Etape la plus importante. Il faut éviter de vouloir réaliser à tout prix son rêve d’adolescence mais mener une véritable enquête pour identifier les secteurs porteurs. Eviter les secteurs d’activité condamnés par une probable évolution technologique (ex : la location de vidéos) ou ceux dominés par des acteurs puissants (ex : Ikea ou Décathlon). Il faut parfois avoir le courage d’aller sur un terrain novateur (ex : les courtiers en crédit il y a une quinzaine d’années).

    Choisir son secteur en fonction de ses capacités : Il faut miser sur ses compétences déjà acquises et non sur le seul apport de la franchise.

    Il faut aimer le management pour intervenir dans le secteur des services à la personne qui exige un grand nombre de salariés. Il faut aimer les chiffres et être capable de lire un compte d’exploitation si on veut être courtier en crédit

    Comment choisir sa ville d’implantation : Changer de vie est compliqué. Aussi vaut-il mieux parfois limiter les obstacles et rester dans une région que l’on connaît.

    Quelques mises en garde et recommandations pour choisir son enseigne

    • Ne pas se fier aux personnes trop enthousiastes et pressées. Votre projet mérite une véritable réflexion ;
    • Exigez des éléments concrets de la part de votre interlocuteur en particulier au niveau des performances réalisées par les autres points en activité. Il faut pouvoir apprécier le niveau réel de rentabilité des centres en activité avant de s’engager.
    • Ne pas se croire meilleur que les autres si l’on vous propose la reprise d’un fonds en difficulté. Il faut savoir rester modeste et se demander pourquoi l’on ferait mieux que le précédent exploitant.
    • Ne pas hésiter à demander des avis à des professionnels : impliquer son banquier dans le projet en lui demandant de rechercher des informations (il peut en trouver plus facilement que vous).
    • Savoir que l’on est parfois son pire ennemi. Celui qui veut réaliser un projet refuse souvent tous les signaux négatifs. Il faut accepter qu’un projet capote pour en réussir un autre.

    Bon courage !