Fermer
Secteurs / Activités

    Devenir franchisé n’est pas plus sûr que de créer une entreprise indépendante

    Tribune publiée le 1 septembre 2010 par Rodolphe GALY-DEJEAN
    En savoir plus sur l'auteur

    L’auteur, ancien franchisé  – et délégué général d’une association cherchant à les regrouper quel que soit leur réseau – s’appuie sur des études américaines pour asseoir son affirmation. Etudes selon lui plus fiables que les enquêtes françaises existantes car reposant sur des données financières objectives. M. Galy-Dejean encourage toutefois les entrepreneurs à rejoindre une franchise, mais en se montrant vigilant au moment du choix…

    La franchise bénéficie, dans les pays anglo-saxons tout comme en France, d’une large promotion au travers notamment des sites et des magazines de la presse spécialisée. Certains arguments de cette promotion sont fondés sur des affirmations comme celle selon laquelle devenir franchisé est plus sûr que de créer une entreprise indépendante.

    Aux USA, des études basées sur l’analyse de données financières ont été menées. Suite à ces études, des voix, tout en reconnaissant la pertinence du modèle de distribution qu’est la franchise, se sont élevées pour dénoncer le caractère erroné de ces affirmations.

    En 2002, une étude réalisée en interne par la SBA, agence gouvernementale américaine chargée de garantir les prêts accordés aux entreprises (franchisées ou indépendantes), conclut :
    “Une opinion communément admise (…) veut que les franchisés réussissent beaucoup mieux que les entrepreneurs indépendants. Les résultats de notre étude (…), ne permettent pas de supporter cette opinion plus longtemps. (…) Les services internes de la SBA doivent prendre des dispositions afin que cette affirmation n’apparaisse plus sur aucun des documents imprimés ou numériques émis par la SBA.”

    En mai 2005, Matthew Shay, président de l’IFA (International Franchise Association), écrit dans une lettre adressée aux franchiseurs qui ont développé des réseaux locaux et à l’international et qui sont membres de l’association : “Nous sommes particulièrement préoccupés par des informations affirmant que le taux de réussite des entreprises franchisées est beaucoup plus élevé que celui des entreprises indépendantes.”  Par la suite, Monsieur Shay reconnaît que ces informations sont “désuètes et potentiellement trompeuses” et exhorte les franchiseurs à bannir de leur communication “tout argument marketing fondé sur ces informations”.

    En 2005, Roger D. Blair et Francine Lafontaine, deux éminents professeurs d’économie publient un ouvrage intitulé “The Economics of Franchising” (Les aspects économiques de la franchise) aux éditions Cambridge University Press. Les auteurs consacrent le chapitre 2 du livre à “Quatre fausses idées très répandues sur la franchise”. Ils démontrent notamment l’absence de fondement de l’idée selon laquelle se lancer en franchise est beaucoup plus sûr que de créer son entreprise en solo et expliquent en ce que cette idée a de pernicieux.

    En 2007, la société FRANdata dans une étude commandée par l’IFA (L’Association Internationale de la Franchise) constate qu’en moyenne les entreprises franchisées ont plus de difficultés à rembourser leurs emprunts que les entreprises indépendantes.

    Conclusion
    Chercheurs et autorités américaines ont, depuis plusieurs années, constaté et reconnu que devenir franchisé n’est pas plus sûr que de créer une entreprise indépendante. Selon nous, ce constat est généralisable à tous les pays dans lesquels la franchise se développe, et en particulier à la France, en dépit de ce que prétendent les autorités françaises.
    Pourquoi les autorités françaises et américaines ne partagent-elles pas la même analyse ? Parce que leurs études ne sont pas basées sur les mêmes types de données : les américains travaillent sur des données financières (objectives) quand les français travaillent à partir de sondages d’opinion, dont les interprétations sont beaucoup plus contestables.
    Quoiqu’il en soit, cette nouvelle ne doit pas décourager les aspirants franchisés, elle doit seulement les inciter à choisir avec beaucoup de prudence le réseau qu’ils veulent rejoindre. En effet, l’amateurisme, l’incompétence et la malhonnêteté de certains franchiseurs est en grande partie responsable de ce constat paradoxal.