Fermer
Secteurs / Activités

    Futurs franchisés : l’apport personnel adéquat

    Tribune publiée le 23 juillet 2010 par Anne BONNICHON
    En savoir plus sur l'auteur

    Une étude réalisée par le réseau Exco auprès de 454 enseignes met en évidence le niveau élevé d’apport personnel nécessaire. L’auteur invite les candidats à la franchise à en tirer les conséquences.

    -Même si, globalement, les commerces en franchise passent mieux la crise que les commerces indépendants, cette période difficile économiquement montre, s’il en était besoin, l’importance, pour les candidats à la franchise, du choix de leur enseigne, de la préparation de leur business-plan et de l’adéquation entre niveau d’investissement et apport personnel.
    -En effet, la crise nous a rappelé que les équilibres économiques peuvent être précaires et qu’il est nécessaire, pour le candidat à la franchise, de disposer d’un apport personnel suffisant. Cet apport personnel est destiné à couvrir une quote-part du droit d’entrée, de l’éventuel droit au bail, de l’éventuel dépôt de garantie à verser au propriétaire des locaux, du mobilier, matériel et des agencements à acquérir, ainsi que du financement du besoin en fonds de roulement, constitué pour l’essentiel par le stock. Le solde à financer est couvert par un emprunt bancaire.
    -A l’occasion de l’étude que notre réseau a réalisée sur un échantillon représentatif de 454 enseignes, nous avons constaté que le pourcentage d’apport personnel demandé par les banques serait actuellement de l’ordre de 45% en moyenne. Ce pourcentage est issu des informations recueillies auprès des réseaux de franchise. D’après ces mêmes informations, il se ventilerait de la façon suivante entre les différents secteurs d’activité :
    SECTEUR D’ACTIVITÉ
     % D’APPORT PERSONNEL
     Alimentaire46%
     Restauration rapide 40%
     Restauration classique 28%
     Hôtels 45%
     Bâtiment 38%
    Équipement de la maison 43%
     Équipement de la personne 49%
     Habillement 43%
     Coiffure et esthétique 38%
     Commerces divers 41%
     Automobile 47%
     Immobilier 59%
     Services aux entreprises 56%
     Services aux personnes 53%
     Services divers 48%
    -Lors de notre précédente étude, réalisée en 2005, nous avions constaté que le pourcentage avoisinait le tiers. Il apparaîtrait donc un certain durcissement des banques dans la période actuelle. Même si l’évolution de ce pourcentage peut, à première vue, sembler surprenante, il est révélateur de deux choses :
    –          La nécessité d’un dossier et d’un business plan peaufinés
    –          La nécessité pour le candidat à la franchise de disposer de fonds personnels en accord avec son projet. Cet apport montre au banquier la volonté du candidat à la franchise de s’investir dans son projet.
    -L’adéquation entre le niveau d’investissement et le niveau d’apport personnel est un gage essentiel de réussite du projet pour le candidat à la franchise, puisqu’il lui assure un niveau d’endettement cohérent avec la capacité de remboursement de l’entreprise franchisée. Par ailleurs, cette adéquation permet également de limiter les risques lors du démarrage de l’activité et jusqu’à l’atteinte du point mort. En effet, tant que le seuil de rentabilité n’est pas obtenu, l’entreprise franchisée est en perte.