Fermer
Secteurs / Activités

    60 % des réseaux du commerce associé contre l'ouverture dominicale - Brève du 11 janvier 2010

    Plus de 60% des enseignes du commerce associé se prononcent contre l’ouverture dominicale des commerces, selon une enquête menée en novembre dernier par leur Fédération (FCA) auprès d’un panel représentatif de 20 groupements adhérents (sur 74) représentant plus de 7 600 points de vente.
    Principale raison de ce scepticisme pour 30 % des répondants : l’augmentation des frais, “celle-ci n’étant pas compensée par une hausse du chiffre d’affaires”. Mais aussi la diminution de la qualité de vie des acheteurs et des vendeurs (25 %) et celle du service rendu par l’enseigne (20 %).
    Alors que les points de ventes des réseaux du commerce associé sont beaucoup plus implantés dans les zones dites touristiques (75 %) que dans les “périmètres d’usage de consommation exceptionnel” (Puces), seuls 25 % ouvrent le dimanche depuis la réforme. Les principales raisons de la fermeture sont là encore d’ordre budgétaire.
    Enfin, selon les têtes de réseaux, la majorité des points de vente n’utilisent pas la possibilité proposée d’ouvrir 5 dimanche par an, pour des raisons principalement économiques (80 %). “Les achats étant considérés pour 70 % des répondants comme se substituant aux achats de la semaine, les 5 dimanches autorisés par le maire restent ainsi, pour la majorité (65 %), largement suffisants” souligne la FCA. Les enseignes alimentaires et textiles se distinguent toutefois : elles souhaiteraient voir augmenter le nombre d’ouverture à 8 ou 10.
    “Soutenue par plus de 60 % de ses adhérents”, la FCA réitère ainsi sa proposition “d’instaurer un système de déclaration individuelle du commerçant qui permettrait de réduire les cas de concurrence déloyale entre communes adjacentes”.

    En savoir plus sur la FCA