Fermer
Secteurs / Activités

    Charles Marinakis, Président - Interview du 21 septembre 2010

    Nous sommes ravis que la concurrence commence à s’organiser, car cela nous conforte dans notre positionnement.

    Vous avez lancé votre réseau de courtage en crédits professionnels CrediPro en franchise en mars 2010 : où en est votre développement ? Quel est le profil de vos premiers franchisés ?
    A ce jour, nous avons signé 14 contrats de franchise, qui déboucheront sur des ouvertures de cabinets jusqu’au début de 2011. Nous dispensons à nos franchisés 5 semaines de formation. Une première session s’est déroulée en juin, une autre aura lieu début octobre et la suivante est prévue pour janvier 2011. Nous ne voulons pas accueillir plus de 7 franchisés par session, ni organiser plus de 3 sessions par an. Nos franchisés sont d’anciens directeurs financiers, d’ex-cadres bancaires, des chefs d’entreprise ou des gens qui ont été confrontés à la vie d’une entreprise.
    Notre activité en B to B ne nécessite pas de vitrine, car trois quarts de nos clients se déplacent via la prescription d’un avocat d’affaires, ou d’un expert-comptable. Au démarrage, le franchisé doit recruter une assistante pour l’accueil et l’administratif, et se concentrer sur la prospection et la construction de son business sur le terrain. Puis, un cabinet a vocation à employer un à trois courtiers, selon le potentiel de la zone.

    Quels sont selon vous les atouts qui vont permettre à CrediPro de se démarquer des concurrents sur ce segment d’activité ?
    D’abord, notre pilote est en activité depuis 20 ans, ce qui nous confère à la fois une antériorité, une connaissance du marché et un savoir-faire métier sans équivalent à mon avis.
    Ensuite, nous sommes les seuls à nous consacrer uniquement, et depuis l’origine, au marché des professionnels. Car nous estimons que les courtiers en crédits aux particuliers ne sont pas faits pour ce créneau. En effet, notre métier s’adresse à une clientèle différente et donc, requiert des réseaux d’influence et d’information, des techniques de travail différentes. Quand un courtier exerce les deux activités, il y a toujours un parent pauvre.
    Enfin, nous sommes les premiers à nous développer en franchise, et non en licence de marque. Or, il se trouve que je connais bien la franchise pour avoir cofondé et développé sous cette forme le réseau Century 21 Entreprises et Commerces, dont j’ai cédé mes parts et que je quitterai en fin d’année. Julien Girard, directeur général de CrediPro, a lui aussi collaboré au développement de Century 21 Entreprises et Commerces, qu’il a quitté en octobre 2009.
    Nous n’avons pas encore de concurrent structuré en réseau, comme c’était le cas dans la transaction de commerces et d’entreprises il y a 10 ans. Mais nous sommes ravis que la concurrence commence à s’organiser, car cela nous conforte dans notre positionnement et confirme le potentiel du marché.

    Quels sont vos objectifs de développement en franchise à terme et comment allez-vous procéder pour parvenir à un maillage complet du territoire ?
    Selon notre plan de développement, nous devrions regrouper à terme 104 cabinets en franchise, exploités par 90 patrons franchisés. Cela représente environ un cabinet par département, voire deux pour certains départements, comme par exemple en Rhône-Alpes en raison de la densité de business ou encore en Seine-et-Marne, en raison de son étendue géographique. Nous concédons à nos franchisés une exclusivité sectorielle qui répond à un problème de métier : un courtier en crédits professionnels doit pouvoir rayonner sur un département.

    25 000 €
    Apport personnel
    10 000 €
    Droit d'entrée
    Voir la fiche
    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur CREDIPRO

    Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

    Je suis intéressé par la franchise CREDIPRO
    Consultez l'Indicateur de la Franchise