Fermer
Secteurs / Activités

    Christian Jacob, Ministre des Pme et du Commerce - Interview du 17 mars 2005

    La franchise apporte des solutions aux problématiques auxquelles sont confrontés les commerces de proximité.

    -Que vous inspire la progression de la franchise, en nombre d’enseignes et de points de vente, sachant que la formule est parfois mal perçue par certains commerçants ?
    Je ne crois pas aux risques d’uniformisation du commerce qui pourraient résulter de l’essor de certains réseaux de franchise. Bien au contraire, le secteur de la franchise apporte des solutions aux problématiques auxquelles sont confrontés les commerces de proximité. L’appui technique et
    l’accompagnement apportés dans le cadre de la franchise peuvent participer à garantir un accueil de qualité aux consommateurs, tout en permettant au commerçant de répondre au plus près aux besoins de sa clientèle.
     
    -Pourquoi une campagne de communication et un plan de soutien de 20 millions d’euros en faveur du commerce de proximité ?
    L’objectif premier de la campagne est de démontrer le professionnalisme et le savoir-faire des commerçants de proximité. Ils détiennent précisément les compétences recherchées par une nouvelle clientèle soucieuse d’une prestation personnalisée de qualité. Cette campagne soulignera aussi pour le client l’avantage de fréquenter ces commerces, y compris les franchisés. Mais promouvoir l’image ne suffit pas. L’activité commerciale de centre-ville n’est plus, comme auparavant, naturelle et spontanée. Elle doit être organisée, favorisée, soutenue. D’où ce plan d’ampleur destiné à aider des associations de commerçants et d’artisans-commerçants à financer des projets innovants. A charge pour les acteurs locaux de prendre ensuite le relais si l’expérimentation se révèle concluante.

    -Qu’y aura-t-il dans le volet « transmission d’entreprises » de votre projet de loi « pour les Pme, la participation et le financement de l’économie »?
    Le renforcement de la pérennité des entreprises et en particulier des très petites passe par le développement des « transmissions accompagnées » et un aménagement des règles de succession s’agissant du patrimoine constitué par l’entreprise. Par exemple, nous laisserons la possibilité de réaliser des dons familiaux pour aider à la création d’entreprise, en franchise de droit de mutation. Nous permettrons l’exonération partielle de la donation avec réserve d’usufruit en portant son abattement à 75%. Je souhaite aussi mettre en place une prime de « transmission accompagnée » pour encourager la reprise de fonds commerciaux ou artisanaux. Cette prime sera, pour le cédant, conditionnée à un accompagnement du repreneur.