Fermer
Secteurs / Activités

    Commerce associé et ensemble du commerce : les vrais écarts 2008 - Brève du 1 juillet 2009

    Le commerce de détail aura finalement fait mieux, en 2008, que ne l’avaient laissé entendre les indicateurs de la Banque de France publiés en mai dernier. Selon la Commission des comptes commerciaux de la nation, en effet, il a progressé de 2,5 %, et non baissé de – 0,3 %. Cela reste moins qu’en 2007 (+3,4 %), mais d’un point seulement malgré la crise. Pour un chiffre d’affaires global (hors artisanat commercial) se montant précisément à 427,2 milliards d’euros.
    En comparaison, les coopératives et groupements ont, eux, vu leurs ventes grimper de + 4,9 % sur la période. Un écart qui « confirme la capacité de ces réseaux à offrir aux points de vente indépendants les moyens d’être performants et compétitifs », commente la Fédération des enseignes du commerce associé. Il est toutefois moins marqué que ne l’avait estimé la FCA dans un premier temps. Et à plus forte raison si l’on exclut du calcul les trois grandes enseignes de l’alimentaire – Leclerc, Système U et Intermarché- puisque la croissance des réseaux non-alimentaire ne ressort qu’à + 2,5 %, contre + 1,7 % pour l’ensemble du commerce de détail de cette branche.
    Au total, les 124 enseignes nationales développées par les 74 groupements recensés par la FCA ont  bien réalisé en 2008 un chiffre d’affaires de 117,5 milliards d’euros. Mais cela porte la part du commerce associé à 26,3 % du commerce de détail français (et non 28 comme les premières estimations le laissaient penser). La progression est bien réelle cependant : les coopératives atteignaient 25,7 % en 2007. 
    Bref, les écarts se creusent toujours, à la faveur des enseignes, mais pas autant qu’on l’avait cru en mai dernier.