Fermer
Secteurs / Activités

    En grande forme, le Commerce Associé met l'accent sur son développement futur - Brève du 29 mai 2007

    “Le commerce associé se porte bien, et même très bien” : Guy Leclerc, président de la FCA, la Fédération des enseignes du Commerce Associé, n’a pas caché sa satisfaction ce mardi 29 mai lors des “rencontres” annuelles de la profession, devant le dynamisme de la formule dont il défend les valeurs.
    Tous les indicateurs pour l’année 2006 sont au vert : 63 groupements recensés (contre 60 en 2005), 117 enseignes (+7), 28 100 entrepreneurs indépendants associés (+1%) pour 36 200 points de vente (+ 4,7%) et près de 416 000 collaborateurs (+2,5%).
    Le chiffre d’affaires réalisé dans les magasins atteint 106,5 milliards d’euros, en croissance annuelle de 3,9% à périmètre comparable, “soit un point au-dessus de l’ensemble du commerce de détail selon l’Insee”. Au total, le commerce associé revendique 25,7% de l’ensemble du CA réalisé par le commerce de détail en France, (en hausse de 0,3 points en un an.)
    C’est dans le “non-alimentaire” que la progression des CA est la plus forte, grâce notamment à l’hôtellerie (+13%), au sport (+12,5%), à l’optique (+6,3%), au jouet-puériculture (+6,2%) et à la construction-bricolage (+6%). Des hausses fréquemment très supérieures à celles des marchés concernés. Une orientation qui ne se retrouve pas, toutefois, dans tous les secteurs.
    Principale nouveauté parmi ces performances somme toute habituelles : le gain net de 1700 points de vente en 2006, alors qu’en 2005 le parc total était resté immobile. Ralliements, créations de nouveaux magasins, rachats d’établissements indépendants traditionnels : «Nos entrepreneurs ont davantage entrepris en 2006», souligne Alexandra Bouthelier, déléguée générale de la fédération qui désigne l’optique, le sport, les jouets et les agences immobilières comme les principaux moteurs de ce dynamisme.
    Les dirigeants de la FCA mettent d’ailleurs l’accent – c’était le thème de leurs « rencontres » – sur les «politiques de développement de plus en plus structurées» mises en place par les têtes de réseaux qui renforcent leur service dédié et l’accompagnement des adhérents lors de la création ou de la reprise de nouvelles unités. Des politiques qui devraient continuer à porter leurs fruits en termes de maillage du territoire.
    Autre indicateur témoignant de l’attrait du secteur : 670 opérations de transmission d’entreprise ont été réalisées en 2006 pour 1 200 attendues toutefois. Mais, assure la fédération, ce n’est pas faute de repreneurs (on ne déplore que 360 « sorties » des réseaux). Plus simplement, les dirigeants en place ont différé leur décision. La fédération maintient donc son pronostic et s’attend à 5 000 passages de relais dans les 5 ans qui viennent. Qu’on se le dise : un quart des reprises attendues sera le fait d’entrepreneurs venus «de l’extérieur».