Fermer
Secteurs / Activités

    Épilation par lumière pulsée : sur le fil du rasoir ?

    Confrontés à la concurrence des médecins esthétiques et à une bataille judiciaire problématique, les franchiseurs du secteur se voient également contestés par certains de leurs franchisés. Différentes stratégies s’opposent.

    Des têtes de réseaux prêtes à changer de stratégie

    Dominique Munier franchise Esthetic CenterFace aux incertitudes croissantes qui pèsent sur cette activité, certains franchiseurs s’avouent prêts à revoir leur stratégie. “L’épilation par lumière pulsée n’est pas un élément du concept Esthetic Center“, explique Dominique Munier, directeur général de l’enseigne.

    “L’activité représente d’ailleurs moins de 10 % du chiffre d’affaires des franchisés qui la pratiquent, soit environ la moitié des 175 instituts du réseau”. (Jusqu’à 20 % du CA avec impact sur la rentabilité toutefois, de source franchisée.)

    “Si demain la réglementation sur la lumière pulsée n’est pas modifiée, nos franchisées arrêteront d’elles-mêmes cette activité, poursuit le franchiseur. Mais même si elle est réformée, nous n’investirons pas dans cette technologie. Parce que la démocratisation de l’activité entrainerait une baisse des prix des prestations qui pourraient passer de 40 à 50 € la séance aujourd’hui à 20 € comme en Espagne. Et parce que nous ne souhaitons pas dépendre d’une technologie plutôt que d’une autre. »

    “A côté de l’épilation traditionnelle à la cire, de la beauté des pieds et des mains, etc., nous cherchons en permanence à développer d’autres activités”, ajoute Dominique Munier.

    Pour Franck Sabourin, fondateur de la licence de marque Unlimited Epil, qui aligne 43 centres sur son site Internet, la modification de la réglementation française ne fait aucun doute. “Le rapport de l’ANSES va aller dans le bon sens. Les appareils seront mieux encadrés, les esthéticiennes mieux formées.”

    Mais si la loi ne changeait pas ? “Les centres de mes licenciées sont déjà diversifiés dans la beauté, la minceur, le bien-être, l’anti-âge. Ils s’orienteraient davantage dans cette direction”, indique le dirigeant.

    Enseignes du même secteur