Fermer
Secteurs / Activités

    Franchise et commerce associé : l'Insee révèle l'efficacité des relations contractuelles fortes dans les réseaux - Brève du 27 août 2010

    L’Insee vient de rendre publics les résultats d’une enquête menée par ses chercheurs auprès de 691 enseignes du commerce sur l’intensité des relations contractuelles entre les têtes de réseaux et leurs partenaires (franchiseurs et franchisés, commettants et affiliés, concédants et concessionnaires, etc.) 
    L’intérêt est double : l’Insee donne, sur un point sensible pour tous les créateurs d’entreprise, une photographie du monde des réseaux, des services qu’ils apportent et des contraintes qu’ils imposent à leurs partenaires Et assortit son constat de commentaires, notamment sur l’efficacité de ces différents modes de relations en termes de chiffre d’affaires réalisé.
    Pour ce faire, l’Institut a mesuré, en 2006 et 2007, la pratique de chaque réseau pour 10 prestations (aide au lancement, formation initiale, transfert de savoir-faire, etc.) et 9 obligations (droit d’entrée, redevance, gamme minimale de produits imposée, etc.) Résultat : une classification des réseaux en 4 “classes”  en fonction de la fréquence des obligations imposées et des prestations fournies. 
    Premier constat : “tous les types de contrats sont présents dans toutes les classes”. Autrement dit, les relations peuvent être plus ou moins étroites selon les réseaux, et ce, quel que soit le contrat (franchise, concession, etc.).
    Autre révélation de l’enquête : les contraintes s’avèrent payantes. Les 184 réseaux pratiquant des “liens forts” sont aussi ceux qui présentent “un chiffre d’affaires par point de vente beaucoup plus élevé que la moyenne (respectivement 3,6 et 2,2 millions d’euros). “
    Sans surprise “les réseaux mixtes franchisés ainsi que les réseaux en commission-affiliation se retrouvent principalement dans cette classe”.Les groupements se situant pour leur part dans celle des “engagements financiers” forts : 180 réseaux au CA moyen par point de vente de 3 millions d’euros, lui aussi bien au-dessus de la moyenne.

    Lire l’article de la division Commerce de l’Insee paru ce 27 août 2010.