Fermer
Secteurs / Activités

      Immobilier commercial : Procos mesure le ralentissement du marché - Brève du 26 janvier 2016

      Brève
      26 janvier 2016

      Le marché de l’immobilier commercial a de nouveau ralenti en France en 2015, selon plusieurs indicateurs réunis par la Fédération Procos pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé.

      Le marché de l’immobilier commercial (c’est-à-dire la production de surfaces de commerce) a de nouveau ralenti en France en 2015, selon plusieurs indicateurs réunis par la Fédération Procos pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé.
       
      Ainsi, Procos a relevé une chute de 7 % des surfaces de plancher commercial ayant obtenu leur permis de construire. Une diminution due à la conjoncture : selon la Fédération, les rendements du commerce (c’est-à-dire le chiffre d’affaires rapporté au m²) diminuent de -1 % par an depuis 1995 en France. Tandis que les loyers, eux, continuent d’augmenter de +4,5 % par an. “Le transfert de la rente du commerce se poursuit vers l’immobilier”, commente la Fédération.
       
      Autre explication plus ponctuelle : les effets de la réforme de l’urbanisme commercial introduite par la loi Pinel de juin 2014, qui a eu un impact sur les administrations, le temps nécessaire à la mise en place des commissions ad hoc, et sur les opérateurs, qui ont attendu le décret d’application, publié en février 2015, pour demander leurs autorisations (une seule demande, celle du permis de construire, suffit désormais).
       
      Autre indicateur étudié par Procos : le nombre de surfaces commerciales ayant obtenu leur autorisation d’exploitation commerciale en Commission départementale d’aménagement commercial (Cdac), en baisse de -41 % en 2015, à son niveau le plus bas depuis ces 15 dernières années (1 288 000 m² de surfaces autorisées).
       
      En cause : une chute du nombre de dossiers déposés (-43 %), alors que le taux d’autorisation, lui, se maintient à un niveau élevé (81 %). Là encore, cette tendance s’expliquerait par la conjoncture et par la réforme de l’urbanisme commercial. Dont on ignore si elle aura encore un impact sur le marché en 2016.
       
      Enfin, selon l’Observatoire de l’immobilier commercial (Loic) établi par Procos auprès d’un panel de 60 promoteurs, le stock des de surfaces commerciales projetées à 5 ans chute de 15 % en nombre d’opérations (337 en 2015 contre 397 en 2014) et de 19 % en volume de surfaces de vente.

      Bref, “tous les indicateurs sont en baisse, mais de très grosses opérations sont prévues sur des marchés restreints”, avec “toujours plus de projets en périphérie urbaine”, résument les experts de Procos.

      A lire aussi : La vacance commerciale s'aggrave dans les centres-villes