Fermer
Secteurs / Activités

    La franchise a bien résisté en 2009 - Brève du 7 décembre 2009

    Dévoilée le 3 décembre par la Fédération française de la franchise (FFF), le Groupe Banque Populaire, Réussir l’Express-le Figaro et l’institut CSA, la 6ème “Enquête annuelle sur la franchise” contient “des signaux positifs” malgré un contexte économique difficile, comme l’a souligné Michel Roux, directeur du développement Banque Populaire. Réalisée auprès de 404 entreprises franchisées et 151 franchiseurs, cette étude révèle en effet trois grandes tendances : “stabilité, ouverture et résistance”, selon les mots de Guy Gras, président de la FFF.
    La stabilité globale des résultats se traduit notamment par un revenu mensuel net de 2 400 € en moyenne pour les 404 entreprises franchisées interrogées par téléphone du 25 juin au 7 juillet 2009. Un chiffre qui, comparé à ceux de 2008 (2 500 €) et 2007 (2 700 €), révèle tout de même que les difficultés actuelles n’épargnent aucune forme du commerce. Mais qui, comparé aux 2 000 € nets gagnés en moyenne par les artisans et commerçants indépendants, plaide en faveur de la franchise.
    Selon l’enquête, 50 % des entreprises franchisées réalisent un chiffre d’affaires supérieur à 440 000 €, ce qui n’est pas si mal en période de crise… Plus surprenant, 73 % des franchisés estiment que leur CA “s’est maintenu, voire a augmenté entre 2007 et 2008” (mais 20 % constatent une diminution), et 42 % ont créé au moins un emploi au cours des 12 derniers mois (contre 48 % en 2008). Seuls 9 % ont procédé à des licenciements sur la période, signe d’une capacité de résistance saluée par Guy Gras. Même si cette proportion monte à 18 % dans l’immobilier.
    Le portrait du franchisé type dressé par l’enquête évolue peu, et continue de refléter l’ouverture de la franchise à des profils variés de candidats. L’âge moyen (43 ans, contre 44 en 2008) et l’ancienneté dans le réseau (8 ans) sont stables, tandis que la proportion de salariés en reconversion reste conséquente (76 %, dont 71 % pour les entreprises privées). A noter toutefois : l’augmentation du niveau d’études (48 % des franchisés ont un niveau Bac+2 ou supérieur) et la “remasculinisation” de la franchise (64 % d’hommes, contre 62 % en 2008).
    Les réseaux revendiquent pour leur part la création de 7 points de vente franchisés par an en moyenne (contre 9 en 2008), pour 1 fermeture et 1 passage en succursale, soit un solde net de 5 nouvelles unités franchisées. A noter : 20 % d’entre eux déclarent au moins une liquidation judiciaire sur l’exercice (soit 4 % de plus qu’en 2007), 64 % affichent un CA en progression à périmètre constant entre 2007 et 2008 (contre 66 % entre 2006 et 2007), et 5 % reconnaissent une diminution.