Fermer
Secteurs / Activités

      La Mie Câline et sa C@linosphère Grand Prix RH Région Grand Ouest - Com. de presse du 21 janvier 2014

      Com. de presse
      21 janvier 2014
      Le Prix des Ressources Humaines consacre La Mie Câline et sa C@linosphère meilleures initiatives RH des entreprises de la région Grand-Ouest.
       
      Parce qu’aucun événement régional n’était dédié au monde des Ressources Humaines, Michael Page International et l’ANDRH ont pris l’initiative de créer en 2012 « Le Prix des Ressources Humaines édition Grand Ouest ».
      Objectif : valoriser une initiative particulièrement innovante et performante en décernant deux prix, l’un pour les entreprises de plus de 250 salariés (Prix Groupe), l’autre pour les entreprises de 50 à 250 salariés (Prix PME).
       
      Le « Prix Groupe » décerné à La Mie Câline et sa C@linosphère
      Mi-décembre 2013 à Nantes, le « Prix Groupe » de cette deuxième édition a consacré la C@linosphère La Mie Câline meilleure initiative RH des entreprises de la région Grand-Ouest.
       
      Fondée en 1985 par André BARRETEAU, La Mie Câline (SAS MONTS FOURNIL) est une entreprise familiale (66% du capital est détenu par le fondateur et sa famille) basée à Saint Jean-de-Monts en Vendée (85). Spécialisée dans la production industrielle de pains, viennoiseries, pâtisseries et produits traiteur, elle emploie 260 personnes.
       
      La Mie Câline c’est également une enseigne de terminaux de cuisson qui régale près de 41 millions de clients, regroupe 208 magasins en France et fédère plus de 2.000 franchisés et collaborateurs.
       
      Imprégnée  depuis l’origine d’une politique sociétale, La Mie Câline vient de donner naissance à un réseau collaboratif d’entreprise : la C@LINOSPHERE. Un projet primé Grand Prix RH Région Grand Ouest 2013.

       

      Dimension sociale et collaborative… l’ère du changement
      Depuis fin 2010, face à la crise économique et aux augmentations successives du prix des matières premières,  MONTS FOURNIL a dû modifier de manière significative son organisation. Elle se trouve aujourd’hui confrontée à une problématique majeure : LE CHANGEMENT.
       
      Intégration du projet dans la stratégie d’entreprise
      En 2012, la Direction entreprend de réaliser une enquête de climat social afin de mesurer l’impact social des transformations de l’organisation et l’adhésion des salariés à la nouvelle stratégie d’entreprise. Elle fait appel à l’ARACT (Agence  Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail), organisme paritaire indépendant, garantissant l’impartialité et la confidentialité des données. L’enquête révèle une forte aspiration du personnel à une meilleure communication et à plus d’échanges au sein de l’entreprise, d’où l’idée de développer un outil ayant une double dimension sociale et collaborative.
       
      En lien avec la volonté de transparence  au cœur des valeurs du groupe, le projet d’enquête de climat social  et le développement de l’appartenance  des salariés à l’entreprise deviennent les piliers de la stratégie 2013 de La Mie Câline.  Enquête de climat social et plateforme collaborative sont donc menées de façon transversale.

      • Encadré  par deux chargés de mission à l’ARACT, un comité de pilotage interne (composé de 7 représentants du personnel, membres du Comité d’Entreprise ou des Délégués du Personnel et de 2 représentants de la Direction) est constitué pour mener l’enquête de climat social.
      • De la même manière, le développement du réseau social d’entreprise s’organise. Un comité de pilotage est constitué, sous la direction de David GIRAUDEAU, Directeur général de La Mie Câline et sponsor du projet. La stratégie de communication élaborée intègre un déploiement par étapes tant sur le plan humain que technique et/ou des usages.

      Enquête de climat social, un pari risqué
      Pour La Mie Câline, cette enquête de climat social est une première. Questionnements, incompréhensions… comme tout processus de mesure, cette démarche est un pari risqué pour la Direction.
       
      Pour engendrer une dynamique de confiance autour du projet, un travail de communication de fond est conduit auprès du personnel, avant, pendant et après l’envoi du questionnaire : engagement de la Direction, campagne d’affichages, mail de rappel, relai managérial, réunion du personnel…La confidentialité et l’anonymat total des réponses, garantis par le traitement des questionnaires par un organisme extérieur paritaire et indépendant, incitent les salariés à s’exprimer librement.
       
      L’analyse des résultats de l’enquête révèle un  taux de satisfaction global de 75%  (salariés d’accord ou tout à fait d’accord). La communication apparaît comme un point fort. Elle doit cependant être renforcée pour développer le sentiment de reconnaissance et d’appartenance à la marque. Décision est donc prise de créer une plateforme collaborative (un outil adapté au moins de 30 ans) qui, en centralisant l’information, permettra de mieux la partager et de prendre en compte les avis.
       
      Un réseau social…. collaboratif et populaire
      La création d’un réseau social engendre une problématique différente : dans un contexte économique tendu, cette plateforme peut être perçue comme un gadget par les salariés.
      Or, dans une période où la performance est plus que jamais collective, ce réseau social interne est le nerf de la guerre. Avec un potentiel de 2.000 utilisateurs (réseau de magasins inclus), ce nouvel Intranet va notamment permettre à l’entreprise d’économiser sur ses coûts de maintenance informatique.
       
      Le succès de la démarche repose sur un projet immédiatement perçu par ses opérateurs comme populaire, et une méthodologie de déploiement très structurée.
       
      • La désignation d’un groupe test crée le buzz autour du projet.
      • Le plan de communication (campagne d’affichage, journal interne, jeu) associé à des formations et des outils tutoriels suscite des vocations.
      • Entièrement francisé, le vocabulaire de la plateforme favorise son appropriation.
      • Le lancement se fait avec un nombre réduit de fonctions ; petit à petit de nouveaux outils sont proposés, avec à chaque fois un document et une vidéo explicative.
      • La mise en ligne d’un espace non professionnel « petites annonces » et la possibilité de former des communautés d’intérêt sur n’importe quel sujet constituent un point d’entrée.
      Côté outil, ce sont les solutions collaboratives de la société nantaise HUMAN CONNECT qui sont choisies : le  réseau social d’entreprise en mode hébergé ainsi que le module d’innovation participative «Laboratoire d’idée».
       
      La Mie Câline avait en effet déjà collaboré avec cette société pour intégrer la pratique du Mindmapping dans sa gestion de projet. Une solution prête à l’emploi, ne nécessitant pas de développement informatique, ludique et parfaitement adaptée aux futurs utilisateurs de la C@linosphère.
       
      En savoir plus sur Human Connect : www.human-connect.com et le blog de la conduite du changement www.les-temps-changent.com
       
      C@linosphère… un projet d’intérêt général
      Dès le début de son déploiement, C@linosphère suscite l’intérêt général. Trois mois après son lancement, la plateforme compte près de 130 membres (soit un taux d’adhésion de l’ordre de 50% du personnel MONTS FOURNIL).
       
      « L’utilisation de la plateforme nous a fait toucher du doigt la puissance du partage et de l’instantanéité » indique Christophe BARTHEAU, Responsable informatique.
       
      Véritable outil de communication,  cette plateforme collaborative permet de sortir d’échanges purement descendants au profit du partage de l’information. Une véritable révolution puisque tout le monde a le même droit et la même liberté de parole. Parmi les premiers à créer son groupe, le Comité d’Entreprise relaie la démarche auprès du personnel et stoppe sa communication papier.
       
      Une communauté de salariés testeurs 
      En mai 2013, C@linosphère est d'abord ouverte à une vingtaine d'utilisateurs pour une période de tests d’un mois. Ce groupe de salariés est baptisé « Le coin des Novateurs ».
       
      Cette première  communauté est composée de profils variés provenant des services administratifs ou de la production, ayant une affinité ou non avec l’outil informatique, et équipés ou non d'un ordinateur sur le lieu de travail. Chacun donne son avis sur les aspects positifs et les points d’amélioration. « Tous les Novateurs ont reconnu l’utilité de la plateforme et l’intérêt qu’elle pourrait présenter pour échanger, apprendre à se connaître. Ils se sont très vite appropriés la C@linosphère » confirme Anne RAMPILLON, Responsable communication.

      .

      80 000 €
      Apport personnel
      30 000 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche
      Enseignes du même secteur
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur LA MIE CALINE

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise LA MIE CALINE