Fermer
Secteurs / Activités

    La restauration rapide à son tour rattrapée par la crise - Brève du 29 mars 2013

    La fréquentation en restauration commerciale a continué de chuter avec une baisse de 2 % en 2012 par rapport à 2011, selon le panel CREST de NPD Group. Tous les segments ont été touchés, y compris la restauration rapide, dynamique les années précédentes.

    “Le marché de la restauration commerciale reste en dessous de son niveau de 2009 alors que la fréquentation continue de décliner”, selon une étude dévoilée le 27 mars par la société d’études marketing The NPD Group.
    En effet, la fréquentation a continué de chuter avec une baisse de 2 % en 2012 par rapport à 2011, selon le panel CREST de NPD Group. En hausse de 1,7 %, la dépense moyenne par visite a en partie compensé ce recul de fréquentation si bien qu’au final, les dépenses totales n’ont reculé que de -0,3 %.

    Restauration rapide : -2 % de visites en 2012

    Phénomène nouveau et préoccupant, tous les segments sont rattrapés par la crise, soulignent les auteurs de l’étude, même la restauration rapide, qui avait été relativement épargnée par le durcissement des conditions économiques en 2009 et 2010″. Ce segment (qui regroupe fastfoods, vente à emporter/livrée, sandwicheries, boulangeries, traiteurs, GMS et cafétérias) a en effet accusé une baisse de 2 % des visites en 2012.
    “Sur les premières années de crise (2009-2011), la restauration rapide avait bénéficié d’un report des dépenses venant de la restauration à table, un circuit plus coûteux pour les consommateurs, explique Christine Tartanson, Directrice de la division Foodservice de NPD Group, dans un communiqué. En 2012, les Français ont continué de réduire leurs dépenses affectant même les segments de la restauration commerciale les plus attractifs en termes de prix.”

    Restauration à table : 72 millions de visites perdues depuis 2009

    Circuit le plus durablement touché par le ralentissement économique, la restauration à table (cafés/bars/brasseries, restauration à thème et non thématique) a, elle aussi, vu ses visites reculer de 2 % en 2012. “Ce circuit a ainsi perdu 72 millions de visites depuis le début de la crise en 2009”, pointe NPD Group. Au regard de cette “crise profonde”,  il sera difficile pour le marché de se redresser en 2013 : “La fréquentation devrait continuer de se contracter de façon comparable à 2012”, estime Christine Tartanson.

    A lire aussi sur le sujet :
    -Le snacking garde l'appétit
    -La pizza poursuit sa course
    -Les chaînes de restauration ont toujours faim
    -Snacking : la vente au comptoir pèserait plus lourd que la restauration à table