Fermer
Secteurs / Activités

    L’après-vente auto en ordre de marche

    Sur un marché de l’après-vente automobile atone depuis le tournant des années 2010, la distribution s’organise, privilégiant les logiques d’intégration des indépendants au sein de réseaux toujours mieux structurés. Une aubaine pour les futurs candidats à la franchise !

    Le comportement des automobilistes évolue

    Et si, dans les liens qui nous unissaient à l’automobile, nous étions passés, au cours des dix dernières années, d’un mariage de passion à un mariage de raison ? Pour les distributeurs de l’après-vente automobile que nous avons interrogés, l’affaire est entendue. Et n’est pas sans conséquence, à la fois dans l’approche de leur métier et dans la dynamique des ventes du secteur. “La voiture n’est plus cet objet passionnel d’antan, confirme Pierre Chatillon, directeur de l’enseigne Feu Vert, et son entretien est perçu, par nombre d’automobilistes aujourd’hui, comme onéreux. En conséquence, le marché n’affiche plus le même dynamisme qu’il y a encore quelques années.

    Fabrice Flamand Franchise Automobile Norauto“Le comportement des automobilistes évolue et leurs arbitrages en matière de dépense sont une réalité, corrobore Fabrice Flamand, directeur développement et recrutement de franchisés chez Norauto (photo). Cela étant, les véhicules des Français, qu’ils gardent de plus en plus longtemps, ont besoin d’entretien. Et c’est sur ce terrain que nous intervenons. Cette mutation nous oblige aussi à élargir nos prestations, si bien qu’aujourd’hui chez Norauto nous en proposons plus de 140 sur l’entretien et la réparation.” Pas de doute : les gisements d’affaires restent intacts pour les professionnels de l’après-vente automobile, même s’ils tendent à s’épuiser sur certains segments de produits.

    Enseignes du même secteur