Fermer
Secteurs / Activités

    L’après-vente auto en ordre de marche

    Sur un marché de l’après-vente automobile atone depuis le tournant des années 2010, la distribution s’organise, privilégiant les logiques d’intégration des indépendants au sein de réseaux toujours mieux structurés. Une aubaine pour les futurs candidats à la franchise !

    Un marché atone

    Sur ce point, les chiffres du marché nous éclairent : entre 1995 et 2010, l’évolution du volume d’affaires dans le commerce de détails des équipements automobiles (tous réseaux de distribution confondus) fut marquée par une croissance valeur de 57 % (avec un rythme de croissance annuelle compris entre 5 et 10 %) selon une étude, publiée en 2011, par l’Observatoire de l’Association nationale pour la formation automobile (Anfa). Puis intervint le tournant des années 2010, marqué par l’entrée dans une période de stagnation, qui se poursuit aujourd’hui.

    Sur le segment du pneumatique, qui reste le principal marché de l’entretien automobile avec environ 30 millions de pièces commercialisées par an (soit un CA d’environ 1,7 M€, ndlr) nous sommes restés, au premier semestre 2016 au niveau du marché, sur une dynamique étale, illustre Joël Arandel, directeur marketing de Point S (photo) confirmant des données du Syndicat des professionnels du pneu (un marché à 0,0 % vs le 1er semestre 2015). Sur la partie entretien automobile, la croissance est timide : au mieux au-dessus des 2 %”. Et Bertrand Descours, directeur achats et offres chez Feu Vert, de confier il y a déjà plus d’un an à notre confrère LSA : “Difficile d’établir avec précision les variations du secteur en 2014 (…) Tout porte à croire que le marché était légèrement négatif”. Après un marché 2013, lui, étale“, toujours selon notre confrère.

    Enseignes du même secteur