Fermer
Secteurs / Activités

    L’après-vente auto en ordre de marche

    Sur un marché de l’après-vente automobile atone depuis le tournant des années 2010, la distribution s’organise, privilégiant les logiques d’intégration des indépendants au sein de réseaux toujours mieux structurés. Une aubaine pour les futurs candidats à la franchise !

    Optimiser les achats

    Sur le canal des spécialistes du pneumatique, la dynamique de concentration des réseaux s’opère également crescendo. Dernière opération en date : le rapprochement entre Point S et Siligom (580 millions d’euros de CA à eux deux) au sein d’une structure commune réalisée dans une logique d’optimisation des achats. “Notre objectif est de peser davantage dans un marché très concurrentiel et en profonde évolution”, explique Christophe Rollet, directeur général de Point S. Une concurrence si vive aujourd’hui que le prix est devenu, indique Christophe Rollet, “le facteur déterminant du consommateur“.

    Cette logique d’intégration de points de vente, suivant le schéma en cours dans la distribution de l’après-vente automobile, s’accompagne, là aussi, d’une stratégie de densification du territoire. “Notre ambition est de continuer à ouvrir entre 5 et 10 unités par mois, confie le directeur marketing de la coopérative Point S. Cette volonté devrait nous amener, à terme, à plus de 500 points de vente en France“.

    A la tête, fin octobre 2016, de 250 magasins, dont 90 % exploités en franchise, Vulco intensifie pareillement son développement : “10 nouveaux centres nous auront rejoints cette année“, indique sa direction générale dans un communiqué, qui se félicite d’avoir réalisé, à fin août sur huit mois glissants, une hausse de son CA de 3,2 % sur le segment des pneus tourisme.

    Enseignes du même secteur