Fermer
Secteurs / Activités

    Le commerce associé a encore progressé en 2013 - Brève du 14 mai 2014

    Selon la Fédération du commerce associé, le chiffre d'affaires des groupements de commerçants indépendants a progressé de +3,1 % en 2013, à 141,9 Mds€, soit 30 % du commerce de détail en France.

    “Une année compliquée, difficile, assez chahutée mais néanmoins positive pour le commerce associé : c’est le bilan dressé par Alexandra Bouthelier, déléguée générale de la Fédération du commerce associé (FCA), de l’exercice 2013. Au cours duquel le chiffre d’affaires des 84 groupements de commerçants indépendants a progressé de +3,1 % à périmètre variable, hors carburant, à 141,9 Mds€.

    Cette forme d’organisation représenterait désormais 30 % du commerce de détail : “Jusque-là nous prenions des parts de marché sur les indépendants isolés. Aujourd’hui, nous en prenons aux groupes intégrés”, a souligné Guy Leclerc, président de la FCA, lors de la présentation de ces résultats.

    Le commerce associé revendique pour 2013 une croissance de son chiffre d’affaires de +4,5 % hors carburants dans l’alimentaire, +3,4 % dans les jouetspuériculture, +3,1 % dans les sportsloisirs et +0,5 % dans l’optique-audioprothèse. Et fait état d’un recul de -0,5 % dans l’équipement de la personne, -0,7 % dans l’équipement de la maison et -0,9 % dans la pharmacie.

    Les 84 groupements repérés par la FCA développent 148 enseignes nationales représentées dans 30 secteurs d’activité, qui regroupaient 42 677 points de vente en 2013 (+3,5 % par rapport à 2012) exploités par 30 935 entrepreneurs indépendants (+0,4 %) et employant 516 112 salariés (+1 %).

    En 2013, les réseaux du commerce associé ont étendu leur parc de magasins, avec un solde net de 291 nouveaux points de vente. Le résultat de 2 412 entrées d’une part, dont 766 créations et 1 646 adhésions. Contre “un peu plus de 2 000” sorties, dues selon la FCA à  “des transferts géographiques (centre-ville-périphérie) liés à des évolutions de concept et de positionnement”, “des renforcements de critères qualitatifs notamment dans l’hôtellerie” et “des transferts d’enseigne”.