Fermer
Secteurs / Activités

    Le commerce spécialisé à la peine - Brève du 22 octobre 2012

    Pénalisée par la conjoncture dans la plupart des secteurs, l'activité des enseignes adhérentes de la Fédération pour l'urbanisme et le développement du commerce spécialisé est en repli au 1er semestre. L'alimentaire spécialisé et l'hygiène-beauté-santé résistent mieux.

    Un mois d’avril “catastrophique”, et des enseignes à la peine : c’est ainsi que l’on pourrait résumer l’enquête de conjoncture semestrielle présentée début octobre par la Fédération Procos. Selon cette enquête, réalisée cet été auprès des 260 enseignes adhérentes de la Fédération pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé, l’activité “est encore légèrement en positif à 0,25 %”. Mais le 1er semestre 2012 affiche des résultats “en repli sur fond de crise majeure dans la zone euro”.

    Heureusement, deux secteurs résistent : l’alimentaire spécialisé et l’hygiène-beauté-santé. Dans le premier, les enseignes adhérentes Procos se maintiennent à +0,7 % au cours des 6 premiers mois grâce au positionnement moyen/haut de gamme de réseaux comme Jeff de Bruges. “Cela leur permet de bénéficier du  phénomène cadeau, même si leur fréquentation a tendance à faiblir”, souligne Michel Pazoumian, délégué général de Procos. Et de tirer leur épingle du jeu sur un marché en recul de 1 % en volume selon la Banque de France.

    Dans l’hygiène/beauté/santé également, les enseignes Procos font mieux que le secteur : ainsi, la parfumerie progresse de 2,7 %, et l’optique de 0,6 %, sur un marché en recul de -1,1 % selon le panel NPD et la Fédération française de la parfumerie sélective. Dans l’optique, les chaînes adhérentes, soit quasiment tous les acteurs de la profession, affichent même “un cumul sur deux ans très positif”, à +7 %, souligne Michel Pazoumian.

    Des arbitrages de consommation défavorables

    Voila pour les activités en positif. Les autres, explique Procos, “sont rattrapées par des arbitrages de consommation”. A commencer par l’équipement de la personne, où les enseignes adhérentes en prêt-à-porter féminin sont les plus en difficulté (-5,5 %). Le PAP homme se porte mieux (-1 %), et le PAP enfant encore mieux (+1,5 %). Le PAP mixte (+0,8 %) est quant à lui “en positif en cœur de ville, en négatif en périphérie”, résume Michel Pazoumian. Ce qui amène les enseignes de périphérie, pénalisées par une fréquentation en baisse de -10 % dans les centres commerciaux depuis 2007, à “travailler sur leur panier moyen”.

    Même la restauration, jusque là préservée, enregistre des performances très contrastées. En effet, si les Terrasse de restaurantenseignes Procos voient leur activité reculer de -1,7 % en moyenne au 1er semestre, les chaînes de restauration rapide gagnent +3,7 % grâce à leur ticket moyen abordable. Tandis que certains réseaux de restauration à table subissent des baisses parfois importantes (-2,5 % en moyenne). “Les promoteurs multiplient les pôles festifs trop importants dans leurs projets immobiliers, explique Michel Pazoumian, Du coup, la concurrence entre restaurateurs est terrible, et entraîne parfois des fermetures”.

    Restauration, loisirs : des résultats contrastés

    Dans l’équipement de la maison, les enseignes Procos régressent de -1,7 % alors que le marché du meuble résiste à +0,5 % selon l’Institut de promotion et d'études de l'ameublement. “Le meuble se maintient mais la vente de TV souffre, explique Michel Pazoumian. Du coup, l’électroménager fait baisser la performance des enseignes qui ont une activité mixte”. Dans la décoration, le phénomène cadeau peut favoriser les résultats de chaînes comme Geneviève Lethu. Les résultats semestriels des nombreux adhérents dans ce domaine vont ainsi de -6 % à +4 %. En bricolage-jardinage en revanche, les adhérents gagnent +2,8 % en moyenne.

    Dans les loisirs, le marché du sport reste très porteur (+3 %). Le jouet est en négatif (-3,2 %), ce qui n’est « pas significatif sur la période », estime Procos. C’est toutefois une crise tendancielle qui frappe les marchés de la musique et du livre, et affecte les adhérents Procos, avec un prix de vente moyen en baisse.

    A lire aussi sur le sujet :
    Les enseignes Procos face à la flambée des loyers commerciaux