Fermer
Secteurs / Activités

    Le décrochage de la consommation fait vaciller les enseignes du commerce spécialisé - Brève du 28 octobre 2009

    Sept mois dans le rouge pour seulement deux de croissance… C’est ce qu’ont eu à essuyer, sur les trois premiers trimestres de 2009, les enseignes du commerce spécialisé en France, selon la fédération Procos. Seules les périodes de démarrage des soldes (janvier et juin) ont été positives. Les autres ont subi de plein fouet le décrochage de la consommation lié à la hausse du chômage, avec des creux que Procos qualifie même de “catastrophiques” en février (- 9,9 %), mai (- 8,3 %) et août (- 6,5 %).
    “Et la rentrée n’a pas apporté le rebond espéré, puisque septembre ressort lui aussi en baisse, à moins 2,8 %, notamment à cause de conditions climatiques exceptionnelles, peu favorables au textile”, constate Michel Pazoumian, délégué général de Procos, qui rassemble 233 enseignes, dont plusieurs dizaines de franchises. Confirmant ainsi que le rebond de la consommation en produits manufacturés, enregistré par l’Insee sur ce même mois, ne traduisait en fait qu’une hausse importante des ventes d’automobiles, toujours soutenues par la prime à la casse.
    Tous les secteurs d’activité ont connu un recul de leur chiffre d’affaires, à l’exception notable de l’alimentaire spécialisé (bio, chocolats, cavistes), resté positif même s’il connaît une érosion sensible de ses progressions. L’équipement de la maison, les loisirs et la restauration ont eux été les plus malmenés, avec des baisses allant de moins 2,3 à moins 2,8 % de chiffre d’affaires.
    Dans ce contexte, les enseignes n’ont eu d’autre choix que de s’adapter, souligne la fédération. “En usant de campagnes de promotions agressives, autrement dit en “achetant leur flux”, quitte à rogner sur leurs marges et donc leur rentabilité, pour celles, grandes succursalistes surtout, qui en avaient les moyens. Ou en adaptant leur concept – services, proximité, site Internet marchand… – pour les autres, notamment les franchises”, explique Michel Pazoumian.
    Pour autant, on n’observe pas de bouleversement brutal dans les plans de développement des réseaux. A court terme, en tous cas. Les enseignes Procos prévoient 1 503 ouvertures en 2009, soit une centaine seulement de moins qu’en 2008. L’alimentaire spécialisé compte au rang des secteurs les plus optimistes, avec l’automobile, les services et la restauration. L’équipement de la maison reste quant à lui très prudent. Le coup de frein est en revanche plus sensible pour l’équipement de la personne et la santé-beauté.
    “2010 et 2011 laissent planer de fortes incertitudes”, prévient la fédération. Qui pronostique notamment la fin de l’opportunisme des enseignes, en matière de choix des emplacements. Au profit d’une démarche beaucoup plus sélective, tournée vers des espaces commerciaux majeurs et sûrs.