Fermer
Secteurs / Activités

    Le marché des dessous s'accroche - Brève du 14 janvier 2013

    Dans un contexte de crise aiguë de la consommation dans l'habillement, les distributeurs de lingerie ont plutôt bien résisté l'an dernier avec un léger recul des ventes de 2,2 %.

    À quelques jours de la cinquantième édition du Salon international de la lingerie (19, 20 et 21 janvier à la Porte de Versailles de Paris), les organisateurs ont présenté un panorama du marché. Dans un contexte de morosité généralisée pour tous les acteurs du prêt-à-porter qui auront enregistré en 2012 une cinquième année consécutive de recul des ventes, la consommation de dessous a sans surprise flanché sous l’effet d’une baisse combinée des volumes et des prix. Une baisse globale toutefois modérée (-2,2 %) comparée aux autres segments, en particulier celui du prêt-à-porter féminin. Le marché français de la lingerie pèse aujourd’hui 2,6 milliards d’euros selon l’Institut Français de la Mode.
    Comme en 2011, les 15/24 ans demeurent les plus dépensières avec un budget moyen annuel de près de 145 euros (vs 138 euros en 2011). Les arbitrages budgétaires sont plus importants pour les classes d’âge plus élevées. Tous âges confondus, le panier moyen par femme est resté quasi-stable l’an passé (97 euros contre 97,4 euros en 2011).
    Au niveau des circuits de distribution, les chaînes spécialisées (dont les chaînes de commerce indépendant organisé Etam Lingerie, RougeGorge Lingerie, Soleil Sucré etc.) ont conforté leur positions, concentrant 19 % de parts de marché. A l’inverse, les hyper/super (20 %, -2 points) et les grands magasins (10 %, -2 points) ont reculé l’an passé.