Fermer
Secteurs / Activités

    Le rapport Attali fait des vagues chez les coiffeurs - Brève du 22 janvier 2008

    Pas encore officiellement paru dans son intégralité, mais déjà contesté. Certaines mesures proposées par le futur rapport de la commission dirigée par Jacques Attali, font grincer des dents auprès des professionnels.
    Hier soir (21 janvier), Pierre Martin, le président de la Fédération nationale de la coiffure a littéralement “crié son indignation” dans un communiqué envoyé aux rédactions.
    Parmi les 314 propositions du rapport Attali […], l’ouverture à la concurrence des professions réglementées (dont ferait partie la coiffure…) est particulièrement inepte. En effet, la suppression du brevet professionnel entraînerait un nivellement par le bas des compétences des coiffeurs. S’attaquer à la formation pour croître est une idée irresponsable, d’autant qu’affirmer que les conditions d’exercice de l’activité coiffure brident la création d’entreprises d’emplois.”
    Pour étayer ses propos, le président de la FNCF s’appuie sur les chiffres de son secteur. En 2006, la coiffure était le 2ème secteur de l’artisanat avec près de 63 000 entreprises et a accueilli 5 300 nouveaux chefs d’entreprise. “C’est le triple du taux de reprise moyen dans l’artisanat”.
    Rappelons que parmi ces entreprises, 54 500 le sont sous forme de salons. Seules 10 % sont sous enseigne mais réalisent des chiffres d’affaires supérieurs à la moyenne.
    Quant à la commission Attali, elle a été formée le 30 août 2007 autour d’une quarantaine de personnalités en charge de “dégager des solutions “pragmatiques” susceptibles de “libérer” la croissance”. Plusieurs rapports intermédiaires ont déjà été publiés. Le rapport dans son intégralité doit être remis officiellement demain (23 janvier) au Président de la République.