Fermer
Secteurs / Activités

    Les franchiseurs renforcent leur accompagnement et font évoluer leur concept, selon l’enquête annuelle - Brève du 30 novembre 2015

    L’édition 2015 de l’Enquête annuelle réalisée par l’institut CSA pour la Banque Populaire et la Fédération française de la franchise décrit les principales évolutions de la franchise et de ses acteurs.

    En 2015, près de franchiseurs sur 10 (78 %) déclarent avoir “renforcé leurs mesures d’accompagnement vis-à-vis de leurs franchisés (ils n’étaient que 62 % en 2014) et 62 % des franchisés disent avoir perçu cette démarche (contre 51 % en 2014). C’est l’un des enseignements de la 12ème enquête annuelle sur la franchise réalisée par l’institut CSA auprès de 402 franchisés en juin 2015 et 184 franchiseurs en juillet.

    Ces résultats, présentés jeudi 26 novembre, “confirment le rôle essentiel des relations humaines comme moteur de la réussite de la franchise, estiment dans un communiqué les Banques Populaires et la Fédération française de la franchise, commanditaires de l’étude.

    De fait, les franchiseurs restent majoritairement optimistes face au contexte économique (89 %). Premières raisons de cet optimisme (pour 73 % d’entre eux) : la “qualité humaine du réseau” et la “qualité et l’évolution du concept” (contre 64 % en 2014). En l’occurrence, 81 % des franchiseurs disent avoir fait évoluer leur concept en 2015, une évolution confirmée par 80 % des franchisés interrogés.

    Selon leurs réponses des franchisés à l’enquête 2015, leur chiffre d’affaires médian atteint 500 000 €, comme en 2014. Cette stabilisation intervient après une  progression (de 400 000 € en 2013 à 500 000 en 2014), consécutive à deux années de baisse (475 000 € en 2012, 520 000 € en 2011). 37 % d’entre eux ont déclaré une augmentation de leur CA en 2015 (52 % dans les services à la personne).

    Toujours selon les déclarations des franchisés, leur revenu individuel moyen annuel représente 32 120 € (contre 32 876 € en 2014). Il est supérieur à 40 000 € pour 22 % d’entre eux (24 % en 2014). Près de la moitié (48 %) des franchisés considèrent qu’ils gagnent mieux leur vie qu’un salarié (47 % en 2014), et 56 % qu’un commerçant isolé (54 % en 2014).

    Parmi les principales motivations à la création en franchise : “la réputation et la notoriété d’une enseigne” sont citées par 30 % des franchisés interrogés (contre 25 % en 2014), “l’encadrement, l’assistance et le soutien” par 21 % d’entre eux. Tandis que 20 % (17 % en 2014) se sont lancés pour “s’appuyer sur la force d’un réseau” et ne pas être seul.

    Dans leur enquête préalable, les candidats à la franchise recherchent en priorité des informations sur “l’antériorité du réseau” (79 %) et “l’étude de rentabilité de ses points de vente” (78 %). Mais sont de plus en plus attentifs à “la satisfaction des franchisés” (71 %, en progression de 8 points par rapport à 2014) et à “la déontologie de l’enseigne” (64 %, +6 points).

    A lire aussi sur le sujet :
    Franchiseurs optimistes et franchisés attentifs, selon l’enquête annuelle
    La franchise regarde dans le rétroviseur