Fermer
Secteurs / Activités

      Le métier Directeur de secteur dans la franchise Norauto - Com. de presse du 2 mai 2018

      Com. de presse
      2 mai 2018

      Certains franchiseurs accompagnent leurs franchisés au quotidien. Pour cela ils font appel à leurs “directeurs de secteur”. L’un d’entre eux, Cédric Zamparo, ancien directeur de secteur chez Norauto et maintenant Animateur Réseau explique le métier : “J’ai le plaisir de travailler avec des franchisés, des entrepreneurs indépendants que je côtoie régulièrement et avec qui je partage souvent les joies et quelques fois les tracasseries. Ensemble nous faisons en sorte que l’exploitation soit pérenne et que nos clients continuent de recommander notre enseigne.”

       

      >Comment reconnait-on un bon animateur de réseau de franchise ?

       On le reconnait à sa capacité à fédérer autour de lui des entrepreneurs indépendants et à leur faire partager la vision de leur franchiseur.

      Un bon Directeur de Secteur est obligatoirement un ancien Directeur de centre Norauto : il connaît parfaitement le métier et se doit d’être diplomate et pragmatique.

      Il est capable de faire la synthèse entre les besoins du franchisé et les attentes du franchiseur. Sa polyvalence lui permet de passer facilement d’un registre à un autre (Commerce, développement, ressources humaines, finance), tout en se montrant patient et déterminé.

      >Comment un animateur de franchise fait-il pour motiver ses franchisés ?

      En apportant à chaque visite, de la vitalité, une dose de bonne humeur et surtout de précieux conseils.

      Mais surtout en tissant des liens de confiances réciproques.

      Le Directeur de Secteur est là pour éviter l’immobilisme et doit faire prendre du recul au franchisé, souvent plongé dans le quotidien de son exploitation. J’ai d’ailleurs une citation qui explique bien le danger :

      Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, je vous propose d’essayer la routine, elle est mortelle“. Pour moi, seule la remise en question permanente permet d’avancer.

      C’est d’autant plus vrai aujourd’hui où les habitudes des consommateurs évoluent en permanence. Un franchisé Norauto peut s’appuyer sur le savoir-faire de l’enseigne, mais ça ne le dédouane pas de faire évoluer en permanence son centre et de s’adapter au marché locale.

      >Norauto Franchise, ça tient (vraiment) la route en tant que franchise ?

       Bien entendu… qui mieux que le leader européen des centres auto avec ses 396 points de vente intégrés dans une fédération puissante d’entreprises (Mobivia), toutes axées sur la mobilité pourrait répondre plus efficacement aux attentes de nos futurs franchisés ? En toute sincérité, je n’en vois pas.

      Nous n’avons pas moins de 36 personnes dédiées à la franchise au sein de Norauto. Il suffit de se rendre à l’une de nos conventions annuelles pour se rendre compte du lien solide qui unit notre réseau et l’équipe support.

      >Qui sont les franchisés qui réussissent ?

      Une majorité ! Nous mettons un point d’honneur à ne sélectionner que les candidats ayant les qualités requises pour nous rejoindre, à savoir : commerçant dans l’âme, véritable manager et sensible à la gestion financière d’un centre de profit. Ils doivent être à la fois indépendant et à l’écoute des conseils ou recommandations de l’enseigne.

      >Et justement si le franchisé ne veut pas se faire accompagner d’un Directeur de Secteur ?

      Je n’ai jamais connu une telle situation. Les entrepreneurs qui nous rejoignent, le font justement pour l’aide et l’accompagnement apportés par Norauto, c’est là toute la valeur ajoutée du franchiseur… la refuser ensuite serait un non-sens !

      De plus les franchisés se rendent rapidement compte qu’une application des conseils du franchiseur est une condition de réussite pour leur entreprise. Tous ont également été recrutés sur leur capacité à écouter nos instructions.

      Enfin le contrat de franchise précise que le franchisé recevra des visites régulières de son Directeur de Secteur, il ne peut donc refuser d’être accompagné.

      En revanche, le franchisé étant un chef d’entreprise comme un autre il sera toujours le décisionnaire final. Rien n’oblige un franchisé à suivre les conseils d’un directeur de secteur.

      Cependant le pari peut être risqué. La force de notre enseigne vient de l’expérience acquise dans la gestion des centres auto, ne pas suivre nos recommandations c’est prendre le risque d’erreurs coûteuses. L’échec est heureusement très rare en franchise. Il est principalement dû au manque d’implication du franchisé dans son centre ou à la non application des conseils apportés.

      Le Directeur de Secteur sécurise la réussite du franchisé, en intervenant dès le lancement du projet. Franchiseur et franchisé  créent ensemble une solide relation de confiance, qui garantit la bonne évolution de l’entreprise.

      Envie de prendre part à l’aventure Norauto ? Rencontrons-nous !

      100 000 €
      Apport personnel
      20 000 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche
      Enseignes du même secteur
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur NORAUTO

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise NORAUTO