Fermer
Secteurs / Activités

      Meuble et décoration : le pari du centre-ville

      Traditionnellement adeptes des grands espaces de périphérie, mais ne pouvant plus faire l’économie d’une présence en centre-ville, les enseignes de meuble et décoration s’adaptent tant bien que mal à ce nouveau terrain.

      But et ses But City ont suivi

      Et ça n’est pas à la tête du concurrent But que l’on dira le contraire. “Le format est difficile à rentabiliser dans les villes où les loyers sont chers”, concédait en 2014 Frank Maassen, patron de l’enseigne, interrogé sur les résultats du concept But City, inauguré deux ans auparavant au sein du retail park francilien  Domus. Proposant sur 1 600 m² une offre sans électroménager  “adaptée au mode de vie urbain”, avec une préférence donnée au meuble de style contemporain et à la décoration tendance, il était voué à faire de nombreux petits, en franchise, en centre-ville, à moyen terme.

      Force est de constater que là non plus le pari n’a pas été totalement relevé. But City ne compte pour l’heure encore que quatre adresses dans l’Hexagone à Paris et Nice, dont une seulement a ouvert depuis 2013. Notons qu’a contrario, l’autre petit format lancé par l’enseigne au juste prix la même année, But Cosy, mais destiné lui aux zones rurbaines, fait florès : il fédérait déjà plus de 80 unités fin 2014, aux abords des villes moyennes françaises.

      Enseignes du même secteur