Fermer
Secteurs / Activités

    Michel Dervyn, P-d.g du groupe Lafayette Coiffure - Interview du 12 mai 2005

    Interview
    12 mai 2005

    La croissance externe permet de booster le développement de la franchise.

    Pourquoi avez-vous décidé d’ouvrir le capital de votre filiale Shampoo ?
    D’importants transferts de patrimoine vont s’opérer dans le monde de la coiffure d’ici à 10 ans à cause de la prépondérance actuelle des quinquagénaires à la tête des salons. Les groupes ont intérêt à disposer d’importants moyens financiers pour pouvoir recourir à des opérations de croissance externe. C’est pourquoi nous avons ouvert 23% du capital de notre holding
    Shampoo au fond d’investissement Siparex. Cette opération nous permet également de faire face aux prédateurs extérieurs qui auraient pu être intéressés par le rachat du groupe.

    Quelles sont les premières concrétisations induites par l’ouverture du capital ?
    Le groupe vient d’acquérir, pour 6 millions d’euros, les 31 salons du réseau Axel D. Cette enseigne régionale, qui réalise 10,5 millions d’euros de chiffre d’affaires, dispose d’un bon management et de bonnes équipes, d’emplacements situés à 70% en centre commercial, où leur est le plus souvent assurée une exclusivité, et est en bonne santé financièrement. Son implantation exclusive dans les départements de la Savoie, la Haute-Savoie et l’Isère, où nous ne comptions que 15 salons, complète géographiquement notre réseau actuel. Après leur relookage et leur passage sous l’enseigne Shampoo d’ici à 6 mois, ces 31 unités, que nous conservons en propre, permettront au réseau d’être leader sur la région et d’approcher les 200 salons sous enseigne en France.
     
    D’autres opérations de croissance externe sont-elles encore possibles ?
    Aujourd’hui, seule la région Nord, d’où le groupe est originaire, a atteint son maillage maximal et de nombreuses opportunités restent à saisir dans les autres régions. Nous ciblons toutes les affaires entre 20 et 30 salons implantées régionalement tant que la chaîne ciblée est saine et proche de notre culture. En effet, un important travail humain avec les nouvelles équipes est nécessaire pour réussir la reprise d’une entreprise de coiffure. C’est pourquoi je me charge personnellement de ces dossiers. L’ouverture du capital s’accompagne également d’une volonté de renforcer le poids de nos succursales. Un directeur immobilier vient d’être nommé pour gérer notre parc, mais aussi pour assurer la recherche de locaux pour nos franchisés, à qui nous proposons les mêmes services qu’à nos unités en propre.

    Enseignes du même secteur