Fermer
Secteurs / Activités

    Procos juge “inégalitaires” les applications de l'indice des loyers commerciaux - Brève du 6 mars 2009

    Défini dans le cadre de la Loi de Modernisation de l’Economie promulguée l’été dernier, l’indice des loyers commerciaux (ILC) est dans le viseur de Procos. La Fédération pour l’urbanisme commercial et le développement du commerce organisé (240 enseignes adhérentes et plus de 33 000 points de vente revendiqués) qui s’est battue en son temps pour obtenir cet indice, a dressé un premier bilan plutôt sévère de son application, jugée “extrêmement longue et mobilisatrice en moyens humains, tant chez les enseignes que chez les bailleurs.”
    Selon une enquête menée fin 2008 auprès de 50 groupes adhérents (dont Monoprix, Etam, Phildar, Geneviève Lethu…), “30 % des baux ont pu bénéficier d’un passage à l’ILC, tandis que 12 % se le sont vus refuser et que 60 % sont toujours en attente”, relève Procos.
    Si les bailleurs de centres commerciaux et les grandes foncières «ont joué le jeu», la Fédération stigmatise plusieurs “grands blocages” imputés à certaines immobilières d’hypermarchés et plusieurs banques et assurances. Les dirigeants de Procos dénoncent une situation “très inégalitaire, avec un risque accentué pour les commerçants indépendants et les commerces de centre-ville et de quartier, indépendants comme enseignes.”
    Rappelons qu’au troisième trimestre 2008, l’indice des loyers commerciaux s’élevait à 102.46, soit une hausse de 4,48% sur un an.