Fermer
Secteurs / Activités

    Procos reste prudent sur la hausse des projets commerciaux - Brève du 5 mars 2009

    Un record mais des bémols : tels sont les conclusions qui peuvent être tirées à la lumière des données fournies par Procos en matière de projets commerciaux enregistrés au cours de l’année 2008. La Fédération pour l’urbanisme commercial et le développement du commerce organisé (qui revendique 233 enseignes succursalistes, coopératives ou franchises adhérentes) a dévoilé ses chiffres : avec 738 opérations recensées, le cru 2008 est un record en la matière avec 113 projets de plus par rapport à l’année précédente, soit une hausse de plus de 15%. Ces 738 opérations représentent 8,5 millions de mètres carrés commerciaux : 5,65M m² pour les créations de surfaces et 2,875M m² s’agissant des extensions. “Globalement, la production de projets commerciaux a donc poursuivi sa croissance en 2008, selon le même rythme annuel observé depuis 10 ans, malgré l’arrivée de la crise financière”, souligne l’étude.
    Sur les 738 opérations enregistrées, ce sont les parcs d’activités commerciales (PAC), situés en périphérie, qui se distinguent. Avec 333 projets au total, ces derniers représentent la moitié des opérations en création et d’extension. En revanche, les opérations en centre-ville sont en recul (117 projets contre 133 l’année précédente) et ne représentent plus que 15 % du nombre de projets et 10 % du volume de m² en création.
    Et l’impact de la crise dans tout ça ? Quid des concrétisations en 2009 et à plus long terme ? Procos relativise cette hausse des projets commerciaux. Pour l’heure, ce ne sont que 30% des projets qui ont été autorisés (dont la moitié concernent les parcs d’activités commerciales), soit une surface de 2,6M m². A l’évidence, “tous les projets n’aboutiront pas”, annonce Emmanuel de Labarre. Chargé d’étude chez Procos, ce dernier avance notamment un chiffre de 800 000 m² jugés “à risque.” Ce sont donc les sites avec une justification économique et proposant des loyers progressifs qui parviendront à s’installer et à être pérennisés, estiment les dirigeants de Procos. “On peut envisager la fermeture de centres commerciaux d’ici un an ou deux si les promoteurs immobiliers ne baissent pas les loyers”, avertit le délégué général, Michel Pazoumian.

    Plus d’information sur la Fédération PROCOS