Fermer
Secteurs / Activités

      Roger Beille, PDG - Interview du 14 janvier 2010

      Interview
      14 janvier 2010

      La crise a eu cet avantage de braquer les projecteurs sur notre activité

      Quel bilan dressez-vous de l’exercice 2009 ? Quel impact la crise a-t-elle eu sur l’activité de Cash Express ?
      Je dirais que 2009 a été pour nous un exercice honorable dans un contexte difficile. Nous avons terminé l’année à 51 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit 3 % de mieux qu’en 2008 (+17 % à périmètre courant). Alors, bien sûr, cela ne vaut pas les progressions à deux chiffres des exercices précédents. Toutefois, c’est malgré tout plutôt satisfaisant, surtout en regard des performances observées dans le commerce classique et notamment dans l’équipement de la personne et de la maison. Et puis, la crise a eu cet avantage de braquer les projecteurs sur notre activité et de faire réfléchir les gens à de nouveaux modes de consommation. Dont l’achat d’occasion qui a, en outre, l’heur de coller avec la notion de développement durable, actuellement très en vogue. Résultat : nos magasins ont enregistré l’année dernière une forte hausse de leur fréquentation, de l’ordre de +19 %. Nous comptons bien transformer l’essai dès lors que l’économie repartira.

      Cash Express compte à l’heure actuelle 64 magasins. Quels sont vos objectifs de développement pour 2010 ? Et à plus long terme ?
      Compte tenu de ce que je vous disais plus haut je considère qu’il n’est pas utopique d’imaginer qu’à terme nous atteignions la barre des 150, voire des 200 points de vente. En raison, donc, du potentiel du marché. Mais aussi de l’attractivité du modèle que nous proposons aux candidats à la franchise, qui est celui d’un réseau participatif et ouvert. Nous avons, en 2009, progressé d’une petite dizaine d’unités. Nous dépasserons probablement ce chiffre en 2010 puisque dix nouveaux contrats sont d’ores-et-déjà négociés pour Angers, Alès, Rochefort, La Réunion, Saint-Nazaire, Manosque, Arras, Annemasse, la Martinique et le Val d’Oise. Si bien que nous devrions pouvoir concrétiser une quinzaine d’ouvertures sur l’ensemble de l’année. Dont d’ailleurs quatre ou cinq selon un format inédit de magasins, que nous avons élaboré en 2009…

      Des magasins plus petits, c’est bien cela ? Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

      Nous avons mis au point un concept de magasins dit “Compacts”. Leur particularité ? Mesurer 150 m² environ, contre 400 m² pour un point de vente classique. Ce format est destiné aux centres-villes, mais aussi à toutes zones commerciales situées dans des espaces de chalandises de moins de 50 000 habitants. Nous ne le proposons pas à des candidats extérieurs au réseau, mais seulement à nos franchisés Cash Express existants. Il faut en effet être réaliste : le rapport investissement/rentabilité ne rend pas le concept forcément très intéressant s’il est exploité seul. En revanche, pour l’affilié qui possède déjà un magasin, c’est le moyen de renforcer sa présence dans sa zone, de conquérir une nouvelle clientèle, le tout sans réinvestir de manière exagérée. Nous allons tester la pertinence du concept d’ici à 2012, avec quelques unités, et le développerons ensuite en conséquence.

      50 000 €
      Apport personnel
      15 000 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche
      Enseignes du même secteur
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur CASH EXPRESS

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise CASH EXPRESS