Fermer
Secteurs / Activités

    Soldes flottants : soutien nuancé des centres commerciaux et vive opposition du commerce associé - Brève du 7 décembre 2010

    Les réactions ne se sont pas fait attendre. Quelques heures après la décision du gouvernement de maintenir les soldes flottants, la Fédération des Enseignes du Commerce Associé (FCA) a fait part dans un communiqué de sa “surprise”, affirmant notamment que “la majorité des commerçants” membres de la commission réunie autour du ministre le 14 septembre s’était prononcée contre ce maintien.
    La FCA conteste l’efficacité du dispositif, rappelant que 80% de ses adhérents interrogés sur la question ont répondu ne pas l’utiliser. Elle reproche aux ministres de ne s’être intéressés qu’à l’habillement  “alors que d’autres secteurs (arts de la table, sport-loisirs, équipement de la maison) se trouvent également concernés“. Et, dans l’habillement même, de ne pas avoir tenu compte du fait que seul “un tiers des commerces de détail spécialisés (dans ce secteur) ont effectué au moins une opération de soldes complémentaires (dans l’année)”, selon le rapport qui a servi de base à la décision.
    La FCA conteste également le soutien des consommateurs à l’opération, affirmant que “80 % des associations de consommateurs y sont opposées”. A la lecture du rapport, ajoute la FCA, seul “35 % des personnes interrogées ont déclaré avoir déjà entendu parler des soldes flottants”.
    Mais si la FCA, qui réunit 75 groupements et 40 000 magasins (dont Leclerc, Système U, Intersport, etc.) demande au gouvernement de prêter une “écoute plus attentive” à l’opinion du commerce et de ses PME, ce n’est pas le cas du CNCC (Conseil National des Centres Commerciaux) qui, lui, “se félicite” de la décision.
    Avec des nuances toutefois. Car si le Conseil affirme, lui aussi dans un communiqué, que “les soldes intermédiaires (…) sont extrêmement bénéfiques à la fois pour le pouvoir d’achat du consommateur et pour la gestion des flux de marchandises pour les commerçants”, il “regrette (…) que des dates fixes n’aient pas été imposées”, rappelant que selon lui, ces périodes de soldes complémentaires devraient se situer fin avril-début mai et début novembre, perdant donc leur caractère flottant…
    Le CNCC se dit également partisan de l’organisation, comme envisagé par le ministre, d’une “opération commerciale structurée au printemps 2011″, du 25 au 30 avril par exemple.
    A l’évidence, la décision gouvernementale n’a pas mis un terme au débat !