Fermer
Secteurs / Activités

    Tensions à venir sur les marchés du bébé - Brève du 8 janvier 2013

    Puériculture, layette, jouet : l'activité commerciale relative à l'univers de bébé devrait légèrement fléchir de -0,8 % par an jusqu'en 2015, indique Xerfi.

    Bébé n’échappe pas à la conjoncture. Les ventes globales du secteur (plus de 3 milliards d’euros) ont en effet reculé de 0,7 % l’an dernier selon Xerfi. Le cabinet d’étude relève toutefois “d’importantes disparités selon les segments”, le jouet (+2,7 % à 638,6 millions d’euros) demeurant le plus dynamique tandis que la layette (-1,5 % à 1,5 milliard) et la puériculture (-1,7 % à 1 milliard) ont davantage souffert des arbitrages de consommation.
    En raison de la crise, d’un pouvoir d’achat qui va continuer à se dégrader et d’une natalité qui devrait légèrement reculer, le marché fléchira en moyenne de 0,8 % par an d’ici à 2015 pour retrouver son niveau de 2006, anticipe Xerfi. Toutes les activités devraient s’inscrire à la baisse même si le jouet (-0,2 % par an en moyenne) sera encore moins affecté que la layette (-0,8 %) et la puériculture (-1 %).
    Parmi les tendances lourdes de consommation, Xerfi souligne le potentiel important du e-commerce (11,5 % du marché total du bébé à mi-2012) et la montée en puissance de l’occasion, de la location et du troc, autant de pratiques qui remettent en cause les modèles et circuits dominants de distribution.