Fermer
Secteurs / Activités

    Un été contrasté pour le commerce spécialisé - Brève du 29 septembre 2014

    Repli en juillet (-1,1 %) puis reprise (+2,2 %) en août : l'activité des enseignes du commerce spécialisé a fluctué cet été. 2014 reste bien orientée (+0,8 % sur 8 mois), selon la Fédération Procos.

    L’activité estivale du commerce de détail spécialisé, d’abord mal orientée en juillet, à -1,1 %, s’est ressaisie au mois d’août (+2,2 %), à mois et périmètre comparables selon l’enquête du panel mensuel de la Fédération Procos (50 enseignes interrogées sur leurs performances dans 50 pôles de référence, situés dans 15 agglomérations).

    En juillet, les boutiques de centre-ville (-3,1 %) et les moyennes surfaces de périphérie (-2,2 %) n'ont que peu brillé par leurs performances. Les galeries de centre commercial ont mieux résisté, aussi bien en centre-ville (-1,4 %) qu’en périphérie (+1,3 %).

    Le sursaut du mois d’août a principalement bénéficié au commerce de périphérie  pour les moyennes surfaces (+3,3 %) et pour les boutiques en galerie de centre commercial (+3,1 %). En centre-ville, les boutiques situées en centre commercial ont conclu le mois à +1,8 %, celles sur rue à -0,7 %.

    Les évolutions par secteurs d’activité sont contrastées, indique Procos (260 enseignes du commerce spécialisé en franchise, coopérative et succursale fédérant près de 60 000 points de vente). Si l’équipement de la maison (sauf la jardinerie), l’équipement de la personne et l’hygiène-beauté-santé sont restés en positif sur juillet-août, les distributeurs d'articles de culture et loisirs ont enregistré un recul d’activité.

    Au cumul sur les huit premiers mois de l'année, l'activité des enseignes du commerce spécialisé reste légèrement orientée à la hausse (+0,8 %).

    A lire aussi :
    – L'activité du commerce spécialisé en timide progression au 1er semestre
    – Vacance commerciale : la périphérie résiste
    – Procos : quatre nouveaux administrateurs élus
    – Le commerce spécialisé sur une bonne lancée
    – Le commerce spécialisé réduit la voilure
    – Face aux zones commerciales de périphérie, le centre-ville ne fait plus le poids