Fermer
Secteurs / Activités

    UTZ : plus qu’une certification, un état d’esprit - Com. de presse du 26 août 2020

    Pour Yves Thuriès, il est essentiel de récolter du cacao de grande qualité pour créer des chocolats fins et délicieux, mais il est également important que le travail en Équateur dans la plantation soit fait dans les meilleures conditions environnementales et sociales.

    « Les garanties d’éthique sont importantes et nécessaires. Ça fait partie de nos choix », déclare M. Thuriès. C’est pourquoi le double Meilleur Ouvrier de France a mis sur pied, avec l’aide de son équipe, une plantation qui répond depuis son acquisition en 2015 à tous les critères de la norme internationale UTZ.

    Pour obtenir cette certification exigeante, Neil Chiquet, Responsable de la plantation de San Fernando, doit s’assurer que la plantation réponde à 160 points de conformité. Chaque année, les inspecteurs d’Ecocert, un organisme français de contrôle, visitent la plantation afin de valider chaque point de la certification.

     

    Le bien-être des gens et de l’environnement

    De la qualité de l’irrigation des cacaoyers à l’éducation des enfants dont les familles vivent à proximité  en passant par la coupe sécuritaire des cabosses ou l’encadrement du travail à toutes les étapes, la certification UTZ assure des conditions optimales de production :

    • Une infirmerie est ouverte chaque jour et un médecin vient en consultation une fois par semaine pour les travailleurs et les membres de leur famille
    • Les travailleurs bénéficient de nombreuses formations sur leurs droits, l’environnement, les meilleures pratiques agricoles, la sécurité au travail, la santé et les premiers secours.
    • Le travail est réglementé afin d’éviter les accidents, de limiter les gestes dangereux et d’empêcher le port de charges trop lourdes.
    • Les récoltants bénéficient d’un salaire supérieur au SMIC équatorien.
    • Ils sont par ailleurs affiliés à la Sécurité Sociale et peuvent devenir membres d’une organisation syndicale.
    • Le travail des enfants est formellement interdit à San Fernando et, pour pouvoir travailler sur la plantation, les parents doivent fournir un certificat scolaire de leurs enfants.

    « Lors de mes passages en Équateur, précise à ce propos M. Thuriès, j’y ai rencontré des gens bien traités, des enfants scolarisés et, bien sûr, du cacao produit de façon respectueuse. »

    La préservation de l’environnement est une préoccupation de tous les instants à San Fernando. On prend soin de trier les déchets, de recycler et de composter. Les engrais sont entreposés à part dans un hangar sécurisé et ils sont récupérés par des sociétés accréditées qui se chargent de les éliminer. On ne désherbe plus les allées à la machette, mais à la débroussailleuse beaucoup plus efficace et sécuritaire. Pour limiter l’usage de l’eau, on a mis en place des procédés pour gérer les fuites, cibler l’irrigation et contrôler le débit.

    Pour protéger les terres, les parcelles ont été classées comme agricoles dans le respect des communautés locales. On évite ainsi la déforestation et on favorise la croissance d’une forêt mixte propice à la culture du cacao. Enfin, certaines zones de la plantation restent boisées et sans culture sur plusieurs hectares pour favoriser la biodiversité et la régénération des plantations.

    C’est dans ces conditions que les équipes Yves Thuriès récoltent le fameux cacao qui sera transformé en délicieux chocolats disponibles dans ses boutiques à travers la France.

    30 000 €
    Apport personnel
    19 500 €
    Droit d'entrée
    Voir la fiche
    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur CHOCOLATS YVES THURIES

    Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

    Je suis intéressé par la franchise CHOCOLATS YVES THURIES
    Consultez l'Indicateur de la Franchise