Fermer
Secteurs / Activités

    William Monti, président - Interview du 7 juillet 2005

    Interview
    7 juillet 2005

    Sport 2000 peut tenir sans avoir à se rapprocher d’un autre distributeur.

    Comment expliquez-vous la fin de votre alliance avec Twinner ?
    La mise en commun des services de nos centrales au sein de Synergies Sport était un plan ambitieux de prises de part de marché et de meilleures conditions auprès des fournisseurs. Le capital de cette structure, mais aussi son financement, devaient être répartis à parts égales entre Sport 2000 et Twinner. Le dépôt de bilan de Garant, qui possédait 49% du capital de
    Twinner, a beaucoup affecté nos anciens partenaires qui ne pouvaient plus assurer leur part de financement. C’est pourquoi nous avons préféré les laisser partir.

    Les raisons de cet échec ne sont-elles qu’économiques ?
    L’appel à un mandataire ad hoc a permis à Twinner d’afficher officiellement ses difficultés économiques. Pour leur éviter le dépôt de bilan, il a imposé un plan d’économie qui s’est traduit par un plan social et le désengagement de Synergies, devenu trop onéreux pour eux, malgré notre effort de ramener leur quote-part de financement de 50 à 42%. Au-delà, notre engagement devenait trop risqué pour les coopérateurs Sport 2000. A cette crise financière s’est ajoutée une crise politique qui a vu se succéder trois Présidents depuis le lancement de Synergies. A l’origine, une fusion entre les deux groupes était prévue mais la nouvelle direction préfère conserver l’indépendance de ses enseignes. Nous ne sommes plus sûrs de l’avenir de Twinner et notre choix de nous désengager est dicté par la prudence.
     
    Vos performances économiques ne vous contraignent-elles pas à de nouvelles alliances ?
    L’an passé, notre chiffre d’affaires a progressé de 6% à 411 M€, mais seulement de 0,5% à surface comparable. Nous ne pouvons pas dire que nous sommes satisfaits mais ces performances cadrent avec la conjoncture actuelle. Malgré tout, nous pouvons tenir sans rapprochement et, si cela devait se faire, ce serait à moyen-terme et pas dans la précipitation. Prioritairement, nous comptons consolider nos liens avec Sport 2000 Allemagne, qui possède déjà 33% de notre capital, afin de réaliser de plus amples économies d’échelle. Parallèlement, une vingtaine d’ouvertures annuelles, essentiellement en périphérie, doit intervenir, notamment grâce au ralliement de quelques coopérateurs Twinner déçus. Les membres du réseau sont en confiance et viennent d’ailleurs de me réélire à la direction avec 99% des voix.

    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur SPORT 2000

    Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

    Je suis intéressé par la franchise SPORT 2000
    Consultez l'Indicateur de la Franchise