Candidats à la franchise : démarrez accompagnés

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Candidats à la franchise : démarrez accompagnés

Dernière mise à jour le 1 mars 2017

L’assistance fournie par la tête de réseau dans la mise sur pieds de votre projet constitue un point fort de la franchise. Elle n’a pas, pour autant, vocation à remplacer vos démarches d’entrepreneur.

Prévisionnels : une question sensible

Un devoir d’assistance qui ne comprend pas, en revanche, la fourniture de comptes d’exploitation prévisionnels. « Les franchiseurs n’ont aucune obligation à en fournir à leurs futurs franchisés« , rappelle Gaëlle Toussaint-David. « Nous leurs conseillons même de ne pas leur en donner, pour la simple et bonne raison que la jurisprudence est très sévère vis-à-vis de ceux qui le font, quand un franchisé les met en cause », explique-t-elle.

Selon notre enquête, seules 44 enseignes sur 385, déclarent de fait « se charger complètement de leur élaboration ». 234 transmettent au candidat « les éléments nécessaires pour qu’il s’en charge », 81 réalisent un prévisionnels qu’elles confrontent ensuite à celui du candidat, enfin 26 laissent ce dernier se débrouiller seul. « Que la tête de réseau fournisse des indications chiffrées qui aideront le franchisé à faire son business plan, type ratios et moyennes, oui. Mais qu’il s’en charge complètement n’est souhaitable ni pour l’une ni pour l’autre des parties », réagit l’avocate, conseil des franchiseurs.

« A mon sens, il est malsain que le franchiseur élabore les comptes prévisionnels du candidat, la rejoint Pascale Bégat. Le franchisé est un entrepreneur indépendant : s’il n’est pas capable de passer par la case prévisionnels, il y a peu de chances qu’il devienne jamais un bon entrepreneur ». Il ne s’agit pas pour le franchisé de s’en tirer sans aide, évidemment. « Le candidat doit faire son business plan avec son expert-comptable, insiste la consultante. Lui seul saura poser les bonnes questions, prendre en compte les problématiques spécifiques au cas de son client. Comme le choix de son costume juridique et fiscal, qui peut dépendre de facteurs aussi personnels que sa santé ou son patrimoine. C’est une analyse que ne pourra pas avoir la tête de réseau ». Tête de réseau qui, en revanche, ne devra pas s’interdire de regarder les prévisionnels fournis par le franchisé et son comptable, « afin de vérifier qu’ils sont dans les clous, fiables et réalistes », précise-t-elle.

FINANCEMENT FM 2017 RECTANGLE
Financez votre projet