Fermer
Secteurs / Activités
    LA BOUCHERIE HABILLAGE SEP18

    Devenir franchisé : les profils types

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

    Devenir franchisé : les profils types

    Dernière mise à jour le 1 mars 2017

    Quel est le profil idéal pour rejoindre une enseigne du commerce indépendant organisé en franchise, coopérative, concession, commission-affiliation… ? En 2016, 330 réseaux ont répondu à notre enquête.

    Avant tout des commerçants ou des cadres

    Profils franchisés cadre commerçantTroisième résultat à retenir : près de la moitié (44 %) des réseaux ayant participé à notre enquête n’exprime pas de priorité quant au CV des franchisés qu’ils recrutent. Ceux qui en ont ciblent d’abord les commerçants ou du moins, des candidats dotés des qualités propres à cette population (sens du relationnel, de la vente, disponibilité…). Ceux-ci sont précisément courtisés par 158 enseignes, soit près de la moitié de notre panel, issues notamment des secteurs du meuble, décoration, de l’habillement, mode et accessoires et du commerce alimentaire.

    Un peu moins d’une chaîne sur trois (106) se prononce en faveur des cadres, notamment dans le secteur des services (à la personne, aux entreprises et aux particuliers), mais aussi celui de la restauration (à thème et rapide), où les qualités de gestion et de management de ces ex-chefs de services ou directeurs de centres de profits s’avèrent bien utiles. A noter : seuls 17 réseaux (5 % du panel) recherchent des investisseurs purs, la plupart leur préférant des entrepreneurs opérationnels, qui s’impliqueront dans l’activité quotidienne de leur point de vente.

    Dernier point-clé qui ressort de notre enquête : 300 enseignes sur 330 ne demandent pas d’expérience dans le métier visé. Seule une minorité (8,2 %) de réseaux ne recrute que des candidats issus de leur secteur, dont Optical Center, French Burgers, Guinot/Mary Cohr ou Feu Vert Services. De même, la grande majorité des 330 réseaux interrogés (87,3 %) affirme ne pas accorder d’importance au niveau d’études et aux diplômes du candidat.