Fermer
Secteurs / Activités

    Ventes sur Internet : au profit du seul franchiseur ?

    Dernière mise à jour le 12 novembre 2020

    Quels sont aujourd’hui les principaux points à vérifier, les questions à poser à un franchiseur avant de rejoindre son enseigne et de signer son contrat ?

    La crise sanitaire a changé la donne aussi concernant la part des ventes sur Internet dans le chiffre d’affaires des franchises. « De nombreux réseaux repensent leur modèle de distribution sur le Web ainsi que le montage, depuis la participation aux frais jusqu’à la répartition des fruits de cette activité, relève Olga Renaud pour qui le bénéfice de ces ventes ne peut être réservé au seul franchiseur. » Si, selon elle, certaines enseignes jouent le jeu en aiguillant depuis leur site le client et le produit de la vente vers les franchisés moyennant une contrepartie raisonnable, d’autres en revanche « proposent sur leur site des prix de vente au public inférieurs au niveau où les marchandises sont vendues à leurs franchisés ». Il faut donc se renseigner sur la manière dont les choses sont organisées pour cet aspect de l’activité qui va prendre de plus en plus d’importance. « Surtout quand le contrat prévoit une clause d’exclusivité territoriale », ajoute l’avocate.

    L’écart entre les prix pratiqués par le franchiseur sur son site et ceux du franchisé en magasin constitue une source de litiges évitable. Éric Luc cite le cas d’une chaîne de franchise où les consommateurs venaient essayer en magasin les produits qu’ils achetaient ensuite sur le site de l’enseigne 10 à 15 % moins cher. Désormais, le prix est le même chez le franchisé et sur Internet (et sur le site, la livraison est à régler en plus).

    Attention lorsque l'activité du franchisé dépend d'une plate-forme de livraison.« Il faut aussi faire très attention lorsque l’activité dépend en partie d’une plate-forme de réservation et/ou de livraison type Deliveroo ou Uber Eats, qui se rémunère à hauteur de 30 % sur le produit de la vente, alerte encore l’expert-comptable. Si vous vendez votre burger 10 € et qu’il est proposé à 11 sur la plate-forme, en fait c’est comme si vous le vendiez 8 €. Il faut donc qu’à ce niveau-là vous vous en sortiez toujours. » Et cela ne concerne pas uniquement les activités de restauration.