Fermer
Secteurs / Activités

    Alexandra Bouthelier, déléguée générale de la Fédération des enseignes du commerce associé (FCA) - Interview du 23 novembre 2011

    Notre objectif est que le fonctionnement du commerce associé et son état d’esprit se développent dans le secteur des services à la personne.

    La FCA sera présente au Salon des services à la personne à Paris Expo Porte de Versailles du 1er au 3 décembre. Quels sont selon vous les avantages du commerce associé pour les entreprises du secteur ?
    Ce secteur, encore en pleine mutation, répond à des vrais besoins et s’est beaucoup développé grâce aux aides gouvernementales. Mais il est amené à se structurer, d’où l’apparition de nombreux réseaux, avec une prépondérance du monde associatif.
    Or, beaucoup de réseaux du commerce associé étaient à l’origine des associations, qui ont souhaité mutualiser leurs moyens sous forme de coopérative ou de groupement. Les modes de fonctionnement sont les mêmes en matière de gouvernance, de participation et de prise de décision. La tête de réseau met en place des services aux adhérents, mais n’a pas de vocation capitalistique, puisque le capital est divisé par autant de membres qu’il y en a dans le réseau.
    La coopérative représente donc une étape logique pour les associations qui veulent mutualiser leurs moyens et partager les meilleures idées ; et les groupements issus d’associations se sont en général bien structurés.
     
    A ce jour, combien de groupements adhérents de la FCA relèvent du secteur des services ? Et plus spécifiquement des services à la personne ?
    La FCA compte aujourd’hui 60 adhérents, principalement dans le commerce. Mais 30 % d’entre eux sont actifs dans les services, par exemple dans le tourisme (Afat Voyages, Selectour…), l’hôtellerie (Best Western…), le funéraire (Le Choix Funéraire)… Maison des Services à la Personne (MDSAP) est une coopérative qui proposait initialement des prestations liées à l’informatique, qu’elle a étendues à tous les travaux dans la maison. On peut aussi citer le Groupement National des Courtiers en Travaux Indépendants (GNCTI) et Reso France, une association de groupements d’employeurs départementaux qui a souhaité évoluer vers un modèle coopératif.
    Nous serons présents au Salon des services à la personne pour sentir quelles sont les attentes de ses acteurs et leur expliquer les principes et les valeurs du commerce associé : partage du capital, partage du pouvoir et collaboration participative. Notre objectif est que notre mode de fonctionnement se développe, et que notre état d’esprit se généralise.
     
    Comment l’activité des enseignes du commerce associé dans leur ensemble est-elle orientée depuis le début de l’année 2011 ?
    Le commerce associé a réalisé 123 Mds€ de chiffre d’affaires en 2010 et représente environ 27 % du commerce de détail français. La tendance au 1er semestre 2011 a été assez bonne, et s’est confirmée par une belle croissance en août et septembre. Nos 124 enseignes ne sont pas très présentes sur Paris et la région parisienne, mais plutôt implantées dans des villes moyennes, au plus près de leurs clients. La plupart se caractérisent par une grande clarté de leur offre prix vis-à-vis du consommateur. Dans l’alimentaire, par exemple, l’enseigne préférée des Français et celle considérée comme la moins chère font partie de nos adhérentes. Ce message clair et constant au consommateur me semble rassurant dans une période incertaine comme celle qui nous traversons, et peut expliquer la bonne tenue du commerce associé.