Fermer
Secteurs / Activités

    André Ségura, directeur général Courir - Interview du 11 mars 2015

    Courir a le potentiel pour atteindre 300 à 350 points de vente sur le marché français dont 90 avec des entrepreneurs affiliés.

    Quelles sont les spécificités du concept Courir, la seconde enseigne du Groupe Go Sport ? Où en le développement du réseau ?
    Courir se positionne comme l’enseigne experte du marché de la mode basket. La marque s’adresse aux 15-25 ans, à l’homme comme à la femme. Le cœur du business est la chaussure, qui représente 90 % de l’activité. Les magasins, d’une surface de vente de 100 à 150 m², proposent les plus grandes marques internationales de baskets (Adidas, Nike, Reebok, Puma…) ainsi que des chaussures de sport et de running, des sneakers, des tongs… L’offre est complétée par quelques gammes de vêtements.
    Au sein du Groupe Go Sport (filiale, comme le Groupe Casino, de la holding Rallye), Go Sport et Courir sont indépendantes mais bénéficient de synergies communes pour les achats avec les fournisseurs et pour toute la partie back-office.
    La chaîne comptabilise 160 magasins implantés en centre-ville et en centre commercial, dont 42 à Paris et en région parisienne. Courir vient par ailleurs de réaliser une belle opération avec le rachat, malgré une rude concurrence, de 18 magasins du chausseur Bata. Cette acquisition nous permet de devenir le leader du marché en termes de chiffre d’affaires, devant l’américain Foot Locker.

    Courir a choisi d’ouvrir son recrutement en s’appuyant dorénavant sur des entrepreneurs en commission-affiliation. Pour quelle raison et avec quel objectif ?
    L’enseigne a inauguré, en 2014, ses neuf premiers magasins affiliés (Arras, Belfort, Besançon, Montauban, Salaise-sur-Sanne…). Courir dispose d’un concept bien modélisé, éprouvé au travers de son réseau intégré, et performant. L’an passé, la chaîne a réalisé une croissance de plus de 10 % à surface comparable sur un marché porteur.
    Forte de cette bonne dynamique, la chaîne veut aujourd’hui accélérer son développement. En succursale dans les très grosses agglomérations et les grands centres commerciaux ; en commission-affiliation dans les villes moyennes – Agen, Brest, Morlaix… – ou les petites villes à fort potentiel, par exemple les stations balnéaires.
    Courir a le potentiel pour atteindre à terme 300 à 350 points de vente sur le marché français, dont 90 magasins affiliés. Dans cette optique, l’enseigne participera pour la première fois à Franchise Expo Paris (22-25 mars).

    Quels profils d’entrepreneurs recherchez-vous en priorité ? Quelles sont les modalités du contrat commercial et quel montant d’investissement faut-il prévoir ?
    Nous souhaitons recruter des commerçants exploitants, plutôt des trentenaires en phase avec leur clientèle et bien ancrés dans leur marché local. Chez Courir, la vente est assistée : les produits ne sont pas en libre-service, le client demande à essayer les articles. Il faut donc des qualités d’accueil, de service et de conviction.
    Courir peut aussi attirer des entrepreneurs pluri-franchisés, à l’image de notre affilié d’Arras, déjà gérant d’un magasin Jennyfer dans sa ville.
    Courir propose un contrat de commission-affiliation : l’affilié n’a pas à supporter le poids et le coût des stocks. Nous avons un fort savoir-faire quant à la gestion et au réassort des produits dans les points de vente.
    Pour intégrer le réseau, le droit d’entrée est de 30 000 euros. Le candidat doit disposer d’un apport personnel d’environ 70 000 €. En termes d’investissement, il faut compter sur 900 € du m² pour des magasins de 150 m² : 100 m² de surface de vente, 50 m² de réserve. Le chiffre d’affaires prévisionnel moyen s’établit entre 600 000 et 800 000 €.