Fermer
Secteurs / Activités

    France Géothermie veut restaurer la confiance - Brève du 19 mai 2009

    Le distributeur-installateur de pompes à chaleur veut redorer son blason. Confronté depuis plusieurs mois à une série de différends l’opposant à des consommateurs mécontents – ils lui reprochent notamment de ne pas avoir fait face aux défaillances de certains de ses concessionnaires – il met en place une Charte de Confiance. Elle l’engage formellement vis-à-vis de ses clients finaux, « pour la fourniture, la pose et l’assistance de la prestation signée. »
    Le franchiseur honorera donc désormais tout chantier entamé par l’un de ses concessionnaires (68 en France), dans le cas ou celui-ci ne pourrait en assumer la charge. Cette charte est assurée par un fonds de garantie, plafonné à 400 000 euros. Fond financé aux 2/3 par France Géothermie et pour le tiers restant par les membres du réseau, à travers une cotisation annuelle de 2 000 euros environ.
    « Nous avons tiré des enseignements de nos mauvais choix passés », justifie Jean-Paul Cammarano, Président directeur général de l’enseigne. Qui annonce par ailleurs être désormais « beaucoup plus exigeant » en matière de recrutement de concessionnaires. Ainsi que le « renforcement » des équipes chargées de l’accompagnement, notamment technique, apporté au réseau.
    France Géothermie a de surcroît révisé les conditions financières d’accès à son enseigne. Le droit d’entrée a ainsi été ramené à 39 000 euros (et non plus 75 000 €), tandis que la redevance d’enseigne passe, elle, de 2 à 4 % du chiffre d’affaires annuel. « Une manière de rentrer dans un modèle plus standard », explique le dirigeant. Et de répondre à ceux des concessionnaires du réseau qui ont pu lui reprocher de proposer des contrats « déséquilibrés », qui dans certains cas les auraient conduits à la faillite.
    Selon Jean-Paul Cammarano, le réseau France Géothermie aurait de fait enregistré 3 cessations d’activité en 2008, dont 2 dépôts de bilan. Plusieurs clients et concessionnaires mécontents, réunis en collectif, en dénoncent pour leur part près d’une vingtaine.

    Enseignes du même secteur