Fermer
Secteurs / Activités

    Immobilier : gare à l'atterrissage

    Dans un environnement concurrentiel recomposé par de nombreux rachats et autres rapprochements, certains réseaux d’agences immobilières sont fragilisés par une conjoncture devenue moins favorable à leur activité.

    En mars dernier, le réseau coopératif d’agences immobilières L’Adresse (390 points de vente adhérents) annonçait l’ouverture de négociations exclusives en vue d’un rapprochement avec le réseau d’affiliés Imogroup (80 agences). Une opération qui permettrait à L’Adresse d’atteindre la taille des 500 points de vente avant la fin 2008. La coopérative estimant, en outre, que son statut met ses affiliés “à l’abri des grandes opérations organisées par les banques visant à contrôler le marché par la prise de contrôle de réseaux intégrés et franchisés”.

    Il est vrai que les récentes opérations de rachat et de rapprochement intervenues sur le marché (reprise de Century 21 France et Guy Hoquet par Nexity, qui s’est lui-même rapproché des Caisses d’Épargne, propriétaires d’Arthur l’Optimist et Keops Résidentiel ; prise de contrôle de Foncia par les Banques Populaires…) ont entraîné une recomposition importante du paysage. Ce qui ne va pas sans susciter quelques craintes.“La concentration du marché de l’immobilier est extrêmement préoccupante, estime, par exemple, Serge Redon, directeur du réseau L’Adresse. Non seulement pour les professionnels, mais aussi pour les clients. Car, quand un établissement financier rachète un réseau, c’est pour en faire un instrument : les franchisés le deviennent alors aussi à leur corps défendant.” Au-delà de la stratégie des banques, la politique de rachats d’agences menée par Foncia est également ressentie comme un facteur de déstabilisation par certains petits réseaux.Parallèlement, l’allongement des délais de vente et la stabilisation du nombre de transactions renforcent la concurrence. Ce qui rend l’activité plus difficile pour les professionnels, et parfois pour des réseaux entiers. Pour preuve, la société FCBI, qui développait en France l’enseigne d’agences d’origine américaine Coldwell Banker (21 unités franchisées au 1er octobre 2007), a été placée en liquidation judiciaire en février dernier. Implantée dans l’Hexagone depuis 2001, la marque positionnée sur le segment moyen-haut de gamme appartient au groupe Realogy, également propriétaire de Century 21 et Era.

    Certains professionnels estiment que cette défaillance révèle les difficultés actuelles, et que d’autres pourraient survenir. “De petites enseignes ont été créées ces dernières années par des agents immobiliers qui se sont décrétés franchiseurs, souligne Serge Redon. Or, c’est un autre métier et, sans gros moyens, beaucoup d’entreprises sont fragiles quand elles se lancent. Aujourd’hui, le danger est d’autant plus grand que le marché devient plus difficile. Lorsque ses franchisés sont en difficulté, le franchiseur a moins de rentrées financières et, si les candidats se raréfient, il est amené à disparaître.”

    Chargé de développement chez Avis Immobilier, Franck Berthouloux dresse un constat similaire : “Sur le marché des réseaux d’agences, il n’y a plus de place pour les artisans. Même les enseignes installées doivent rester vigilantes, car les franchisés qui réussissent sont ceux qui sont les mieux organisés, les plus respectueux de la méthode et des ratios. Quand un franchisé perd un collaborateur, s’il ne le remplace pas tout de suite, il perd un peu en chiffre d’affaires et si, au niveau trésorerie, il n’est pas assez solide, il y a danger !” Plus que jamais, les candidats à la franchise immobilière doivent donc désormais choisir leur futur réseau avec prudence.

    Enseignes du même secteur