Fermer
Secteurs / Activités

    Jean-François Charvat, directeur de la franchise Ada - Interview du 30 janvier 2014

    Interview
    30 janvier 2014

    Notre offre est aujourd’hui assez large et novatrice pour attirer de nombreux nouveaux candidats à la franchise.

    daComment a évolué l’activité d’Ada en 2013 ? Etes-vous satisfait du chiffre d’affaires réalisé par votre réseau de loueurs automobiles franchisés ?
    Nous avons vécu une année 2013 en deux temps. Les six premiers mois ont été relativement difficiles, puisque nous y avons enregistré une baisse d’activité plus forte encore qu’en 2012. Le second semestre en revanche a été nettement meilleur, surtout les mois de novembre et décembre. Nous avons finalement terminé l’année à 80 millions d’euros de chiffre d’affaires réseau. C’est 6 % de moins qu’en 2012, où il avait été de 86 M€. Malgré ce décrochage, et grâce à une fin d’année plutôt rassurante, nous sommes toutefois optimistes pour 2014. Notamment parce que la nouvelle stratégie mise en place par Ada début 2013 commence à porter ses fruits. Ensuite, parce que notre ancrage sur les petits prix et la proximité, position historique de l’enseigne, est plus que jamais pertinent en temps de crise, et produit lui aussi ses effets.

    Quels sont les grands traits de cette nouvelle stratégie adoptée par Ada depuis un an ? Qu’en attendez-vous ?
    Aujourd’hui, les marges de notre métier de base, la location automobile, diminuent, à cause d’Internet, des brokers, de la concurrence, etc. Il faut donc absolument aller en chercher ailleurs, tout en renforçant le service apporté à nos clients. Nous avons donc décidé de développer notre offre additionnelle. Nous avons fait porter nos efforts sur trois familles de “services” : le confort (location de sièges bébés, GPS…), l’assistance et surtout le déménagement (vente de cartons, d’adhésif, de housse ; location de diables, de couvertures, de sangles), naturellement important pour nous dans la mesure où notre clientèle est en grande partie composée de particuliers. Depuis le 1er mars, cette offre déménagement est promue par notre site Internet, ainsi qu’en agences, tous nos franchisés s’étant vus remettre un présentoir dédié et un petit stock de démarrage. 220 agences ont en outre déjà été formées à la vente de ces produits additionnels. Nous leur avons ainsi mis le pied à l’étrier. A charge pour eux maintenant de développer cette activité. L’objectif étant qu’à terme tout notre réseau profite de ces nouveaux gisements de chiffre d’affaires et de marges.
    Ada a par ailleurs inauguré un nouveau système de standard déporté, avec un numéro court, un peu comme les taxis, que les clients peuvent appeler pour réserver un véhicule, en dehors des horaires d’ouverture de leur agence. L’enseigne, enfin, a encore récemment signé de nouveaux contrats avec des assisteurs (25 % de son activité), qui devraient rapporter 3 M€ au réseau en 2014. Tout cela prouve que nous ne restons pas inactifs, et nos franchisés s’en rendent compte.

    Votre réseau est passé de 460 points de location franchisés en France en 2011 à 435 aujourd’hui. Pensez-vous pouvoir en relancer le développement ?
    Aujourd’hui, le réseau Ada compte en effet 435 points de location dans l’Hexagone, dont 280 agences principales (les 155 autres sont des corners chez des professionnels de l’automobile : concessionnaires, agents, réparateurs…). Il y a deux explications au repli de notre parc depuis 2011 : d’abord la fermeture de tous, ou presque, nos sites en aéroport (sauf en Corse et Dom-Tom) ; ensuite la fermeture par des franchisés existants d’un certain nombre de leurs sites secondaires, qui ne généraient plus suffisamment de chiffre d’affaires par rapport aux charges fixes nécessaires à leur fonctionnement. Ces franchisés ont donc préféré se “replier sur leur camp de base”. Mais nous espérons être arrivés au bout de ce mouvement aujourd’hui.
    Notre objectif pour 2014, est de recréer 40 à 45 nouvelles agences. Ce n’est pas rien, mais deux choses vont nous y aider. Nous avons restructuré notre équipe franchise en y créant deux pôles bien distincts, dédiés au développement d’une part et à l’animation d’autre part. Grâce à cette organisation, nous pouvons désormais gérer trois sessions de recrutement (accueillant chacune 10 candidats) par semaine. Et ce, directement en province, en allant au-devant des candidats, là où nous en recherchons, comme à Mulhouse, Tours, Poitiers ou Orléans par exemple. Nous participerons cette année par ailleurs à plusieurs salons dont les Entrepreneurs de Paris et Franchise Expo. Moyennant quoi nous sommes confiants. Nos solutions de services sont assez novatrices aujourd’hui pour attirer l’attention des candidats.

    Enseignes du même secteur