Fermer
Secteurs / Activités

      Point S lance Point S City pour attaquer les centres-villes et les petites communes - Brève du 26 janvier 2016

      Brève
      26 janvier 2016

      Avec ce nouveau format, le spécialiste en pneus et entretien vise avant tout les professionnels de l’auto à la recherche d’une activité complémentaire.

      Après une année 2015 dynamique, qui a vu son réseau passer de 450 à 470 centres en France, Point S veut poursuivre sur la voie du développement. L’enseigne vise 500 points de vente ouverts à fin 2016. Et a en tout identifié 140 zones où sa présence serait souhaitable à terme. Pour atteindre cette couverture optimale, le spécialiste en pneumatiques et entretien a imaginé, et dévoilé le 26 janvier, un nouveau concept marchand, qu’il déploiera sous la bannière Point S City.

      Les centres Point S City sont destinés aux communes de moins de 10 000 habitants d’une part, et aux hyper-centres de villes plus importantes, de l’autre. “Comme les autres acteurs du secteur, nous sommes progressivement sortis des centres-villes, trop coûteux pour des structures importantes. Mais les consommateurs y sont bien présents, et ce modèle, plus léger qu’un centre classique, va nous permettre de les y retrouver”, commente Christophe Rollet, directeur général de Point S.
       

      Une franchise plus accessible

      Concept “souple et adaptable”, proposant “les prestations essentielles et fondamentales de l’entretien : pneu, révision, vidange et freinage“, Point S City est avant tout destiné aux professionnels de l’auto (garagistes, carrossiers, vendeurs de VN ou de VO…) à la recherche d’un complément d’activité. Dans la ligne de mire de l’enseigne, notamment, les réseaux de stations-services (et Avia, avec qui elle travaille déjà, en priorité), terrain sur lequel son concurrent Speedy a lui aussi pris position.

      “Nous proposerons à ces nouveaux partenaires des conditions d’accès privilégiés : un droit d’entrée minoré de moitié, un droit d’enseigne plafonné, une participation réduite à la communication. En revanche, ils seront bien adhérents à part entière, et à ce titre actionnaire du réseau, et bénéficieront de tous les services de la centrale”, précise Christophe Rollet.
       

      Un potentiel de 150 000 € de CA

      Mettant en avant un  modèle économique “travaillé pour eux” et “maîtrisé”, ainsi que des aspects financiers “bien bordés”, la direction de l’enseigne affiche sa confiance dans la profitabilité de ce nouveau modèle, mobilisant une à deux personnes et destiné à générer jusqu’à 150 000 euros de chiffre d’affaires (contre une moyenne de 850 000 € pour les centres Point S traditionnels), pour un investissement initial de 30 000 €.

      Dès cette année, 20 à 30 Point S City pourraient voir le jour en France. La tête de réseau promouvra entre autres le concept sur les prochains Salon des Entrepreneurs et Franchise Expo, à Paris. Elle estime à 100 implantations le potentiel du modèle à 5 ans.
       

      Nouvelle campagne de com' avec Patrick Bosso

      Le développement de ce petit format doit aussi permettre au groupement de “rentabiliser les investissements, lourds, consentis par Point S depuis quelques années en matière de communication”, note Christophe Rollet. Et ils seront conséquents, de nouveau, en 2016, puisque l’enseigne a prévu, via une nouvelle série de spots mettant en scène l’humoriste Patrick Bosso, de renforcer encore “la pression médiatique”, en se concentrant sur les programmes à forte audience des plus grandes chaînes de télévision française.

      60 000 €
      Apport personnel
      8 750 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche
      Enseignes du même secteur
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur POINT S

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise POINT S