Fermer
Secteurs / Activités

      Se réinventer : les franchiseurs l’ont bien compris - Brève du 30 novembre 2016

      Brève
      30 novembre 2016

      Se réinventer pour se solidifier : tel est le chemin qu’empruntent crescendo les réseaux de franchise dans un univers du commerce en profonde mutation, ainsi que l’a observé la dernière Enquête de la franchise réalisée par la Banque Populaire.

      En ces temps d’incertitude économique et de croissance amorphe, la franchise reste, de par la solidité de son modèle, un puissant allié pour celui ou celle en quête de challenge entrepreneurial. Mais à une condition : que le franchiseur prenne la pleine mesure des mutations à l’œuvre dans l’univers du commerce en faisant évoluer de façon constante son concept de distribution. Voilà l’un des enseignements majeurs qui ressort de la 13e Enquête annuelle de la franchise réalisée par Banque Populaire, en partenariat avec la Fédération française de la franchise (FFF), auprès de 402 franchisés et 202 franchiseurs entre les 6 et 25 juin dernier.

      Cette prise de conscience des têtes de réseau s’est une nouvelle fois vérifiée cette année : 77% des franchiseurs ont fait évoluer leur concept, soit une donnée largement confirmée par les franchisés qui sont 84 % à avoir perçu cette évolution (+4 points versus 2015). Pour des résultats qui se sont révélés payants : 80 % des enseignes qui ont opéré, au cours des cinq dernières années, un remodelage de leur concept ont observé un impact positif sur leur chiffre d’affaires.

      Un modèle qui attire

      Un autre terrain a été très largement investi par les franchiseurs cette année : celui du dialogue avec leurs franchisés. Ils sont 96 % (contre 95 % en 2015) à les avoir incités à mettre à l’œuvre au moins un relais de croissance, tel que le développement de nouveaux produits et services (pour 75 % des franchiseurs), l’ouverture de nouveaux points de vente (69 % des franchiseurs) ou l’intégration des nouvelles technologies (49 % d’entre eux).

      Dans cet environnement jugé “toujours très contraint” par la Banque Populaire et la FFF, la franchise demeure, ajoutent-ils, un modèle qui attire. Pour preuve : parmi les 31% des Français qui aimeraient créer leur entreprise, ils sont près de 1 sur 2 (48 % contre 40 % en 2015) à envisager d’opter pour la franchise. A la faveur de trois arguments qui font la différence : la notoriété de la marque (50 % des interrogés, en hausse de 19 points par rapport à l’an passé), l’accompagnement (39 %) et la volonté de limiter les risques financiers (35 %, plus 7 points).

      Relevons, enfin, en guise de preuve supplémentaire de la solidité de son modèle, la franchise compte une proportion d’acteurs “au niveau d’optimisme toujours très élevé, remarquent les auteurs de l’enquête, soit 68 % des franchisés sondés et 94 % des franchiseurs interrogés (contre 89 % l’an passé).

      A lire aussi sur le sujet :
      Les franchiseurs renforcent leur accompagnement et font évoluer leur concept, selon l’enquête annuelle

      Franchiseurs optimistes et franchisés attentifs, selon l’enquête annuelle
      La franchise regarde dans le rétroviseur