HABILLAGE COEUR DE FLEURS

Franchise et autres formules : comment choisir ?

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Franchise et autres formules : comment choisir ?

Dernière mise à jour le 1 mars 2017

Franchise, licence de marque, commission-affiliation, coopérative : les étiquettes sont multiples. Mais, dans les faits, tout dépend à chaque fois des services proposés et des contraintes exigées.

Licence de marque : une formule paradoxale

Comme son nom l’indique, la licence de marque vous permet d’utiliser, contre redevances, la marque-enseigne du réseau. Mieux vaut donc déjà que cette marque soit connue ou que vous soyez sûr de son potentiel.

Dans la pratique, ce type de contrat s’accompagne souvent d’une obligation d’approvisionnement en matériel, voire en produits. Et c’est là que tout se joue. Rien n’empêche l’enseigne de vous apporter des services complémentaires. Mais rien ne l’y oblige. Elle peut parfaitement vous laisser vous débrouiller seul, que ce soit pour le choix de l’emplacement ou pendant la durée du contrat.

Certains apprécieront cette absence de contraintes. Et le rapide développement du réseau qu’elle permet en facilitant le recrutement. D’autres, au contraire, risquent de pâtir du manque de savoir-faire et d’assistance, comme on l’a vu dans les terminaux de cuisson (petite restauration rapide), l’amincissement, le bronzage ou la remise en forme.
« La licence de marque est une véritable verrue dans la distribution sous enseigne« , lance Olivier Deschamps, avocat associé au cabinet Fourgoux & associés. « La formule ne permet pas vraiment de gérer un réseau. Or, elle est souvent utilisée par des opérateurs débutants qui veulent se développer alors qu’ils ne maîtrisent pas encore leur savoir-faire et n’offrent pas d’assistance véritable. Résultat – et c’est paradoxal –: ils mettent en avant leur élément sans doute le moins performant. »

« Ils devraient au moins le préciser clairement et proposer un avantage financier en compensation : des redevances moins élevées par exemple », poursuit le spécialiste qui ajoute, sous forme de conseil : « Demandez au dirigeant pourquoi il a choisi cette formule. Si vous comprenez qu’il a un savoir-faire et une véritable stratégie, vous pouvez aller plus loin. S’il vous explique que c’est une formule très souple, etc. Méfiance. »

FINANCEMENT FM 2017 RECTANGLE
Financez votre projet